Comment réussir l’expérience apprenant de vos formations à distance ?

Par le 15 décembre 2020

Dans la conception de vos formations à distance, vous souhaitez aller plus loin que l’acquisition de connaissances et réussir l’ancrage des compétences en situation de travail ? Voici un exemple pour vous aider dans la réussite de votre learning experience. 

À la lumière des neurosciences et des sciences de l’éducation, les « 5E » synthétisent les principes qui peuvent nous aider à concevoir des learning experiences performantes. Derrière cette formule, il faut comprendre Expliquer, Engager, Expérimenter, Explorer et Embarquer. 

Illustrons ces 5E, au travers d’un exemple de dispositif distanciel. Le dispositif en question : #UP, un parcours conçu par Cegos qui se déroule sur 6 semaines et dans lequel l’apprenant.e enchaine 5 étapes complémentaires.  

Mettre l’apprenant en « projet d’apprendre » 

Dans cette première étape, l’objectif est d’ENGAGER l’apprenant.e, de l’aider à se forger une motivation intrinsèque, un réservoir d’énergie qui va l’amener à faire des efforts et oser expérimenter des choses nouvelles. C’est d’autant plus important dans le cadre de dispositifs distanciels qui s’étirent dans le temps, et qui reposent de plus en plus sur de l’apprentissage auto-dirigé. 

Plusieurs modalités peuvent être employées pour répondre à cet objectif : 

  • La communication interne (email de présentation du parcours aux apprenants notamment) contribue au marketing de la formation. Cette communication intègre la description explicite des enjeux de la formation. Elle met en lumière les bénéfices et les situations professionnelles traitées plus que les contenus. 
  • Une vidéo immersive à 360° permet à l’apprenant.e de se projeter dans les différentes étapes de son parcours, et de bien visualiser le point d’arrivée ! Le 360° ne vise pas simplement à créer un effet waouh au démarrage : il permet à l’apprenant de se déplacer virtuellement d’une étape à l’autre, et donc de bien cerner le principe de parcours. 

La vidéo à 360° permet à l’apprenant de se déplacer virtuellement dans les étapes de son parcours 

  • Un carnet de bord, qui servira de support à la certification, invite l’apprenant.e à identifier les situations professionnelles qu’il/elle va rencontrer dans les semaines à venir, et sur lesquelles il/elle va pouvoir appliquer la formation 
  • Pour l’aider dans cet exercice, vidéos en motion design mettent en scène les situations professionnelles clés traitées dans la formation. 
  • Enfin, l’apprenant.e est invité à identifier un compagnon d’apprentissage (Learning buddy) avec qui il/elle va pouvoir échanger sur ses choix de situations professionnelles. Cette conversation va permettre à l’apprenant.e de verbaliser ce qui peut la motiver (ou ses freins), et constitue un levier majeur d’engagement.   

Découvrez toutes les formations de notre collection #UP


Demander à l’apprenant de choisir pour mieux l’engager  

L’apprenant.e se retrouve parfois face à un océan de ressources qui peuvent potentiellement répondre à ses besoins : marketplace digitale interne, web… Le risque, c’est que quand on sait que tout est disponible tout le temps… on ne prend pas le temps de s’y mettre !  

Dans cette seconde étape, lapprenant.e choisit les 2 « sprints d’apprentissage » qui correspondent le mieux aux situations professionnelles qu’il/elle va rencontrer. Ces sprints sont composés de ressources digitales de différentes natures (vidéos, modules e-learning, fiche-outils…), un peu comme une playlist répondant à un besoin très précis.  

Cette personnalisation se fait dans le cadre d’une classe virtuelle de 90 minutes, avec un groupe et un formateur. Elle contribue là encore à ENGAGER, mais aussi à EXPLIQUER. Pour prendre une décision volontariste sur les 2 sprints qui vont être mis en œuvre, l’apprenant.e doit les connecter à sa réalité professionnelle (et donc commencer à tisser des liens entre ce qu’il/elle connait déjà et les contenus qui lui sont proposés).  

Le choix des sprints se fait pendant la classe virtuelle de personnalisation  

Réussir l‘étape délicate de l’apprentissage en autonomie 

Les choix de sprints sont faits ! 

L’apprenant.e dispose maintenant de deux semaines pour réaliser les activités de ces sprints, avec deux objectifs :  

1. S’approprier les contenus (EXPLIQUER) 

Là, l’objectif est l’acquisition de connaissances. Mais attention, exposer des contenus n’est pas suffisant ! Du point de vue de l’apprenant.e, comprendre, c’est (là encore) faire des liens à partir de ce que l’on sait déjà. Les ressources digitales mises en œuvre doivent donc mettre en scène des situations crédibles auxquelles l’apprenant.e pourrait être confronté. 

Exemple Cegos : les modules de vidéos interactives sont basés sur de la résolution de problèmes proches de ceux que l’apprenant peut rencontrer au quotidien 

2. Pratiquer au maximum (EXPERIMENTER) 

2 types d’outils sont mobilisés pour aider le passage à l’acte ! 

  • des outils de « support à la performance » : fiches-outils, modèles prêts à l’emploi, qui vont faciliter l’application en situation de travail 
  • des outils de simulation, qui vont permettre à l’apprenant.e de s’entrainer, à répéter un protocole comportemental ou une méthode sans risque en cas d’erreur 

Exemple Cegos : les modules d’entrainement proposent à l’apprenant d’appliquer le même outil sur une palette de situations différentes, afin de développer son « intelligence fluide ». 

Apprentissage en autonomie ne veut pas forcément dire apprentissage seul ! 

Pendant ces deux semaines d’appropriation et d’expérimentation, l’apprenant est invité à échanger à nouveau avec son Learning Buddy sur ses réussites et ses difficultés, et il peut mobiliser son formateur-tuteur à tout moment.  

Partager ses réussites et résoudre des problèmes avec les autres 

Il est maintenant temps d’EXPLORER AVEC LES AUTRES. Selon le psychologue Albert Bandura :  « Les apprentissages par expérience directe surviennent en fait le plus souvent sur une base vicariante, c’est à dire en observant le comportement des autres et les conséquences qui en résultent pour eux. »  

L’apprenant.e retrouve donc son groupe de pairs et le formateur dans une nouvelle classe virtuelle de 90 minutes. La classe virtuelle repose sur des ateliers en sous-groupes, qui permettent aux apprenants de témoigner sur ce qu’ils ont eu l’occasion de tester. Ils bénéficient de retours d’expérience de leurs pairs, de conseils, ou partagent leurs succès pour stimuler les autres apprenants !   

Surtout, cette classe virtuelle leur permet de prendre conscience du chemin qu’ils ont déjà accompli, et les ENGAGE pour la dernière étape du parcours.  

Extrait d’une classe virtuelle de e-coaching 

Embarquer les compétences dans la durée  

Certaines compétences (telles que les compétences comportementales) vont s’ancrer dans le temps, et si elles ne sont pas activées régulièrement dans les premières étapes d’apprentissage, elles risquent tout simplement… de passer aux oubliettes !  

Pour cela, l’apprenant.e peut déclencher (sur chaque sprint choisi) un programme de renforcement, qui lui adressera chaque jour pendant 3 semaines un défi réalisable en situation de travail. Cette solution de micro-practicing permet d’orchestrer les petits pas qui aident à changer les routines. 

Exemple Cegos : les Practips (« practical tips » ou conseils pratiques) sont des programmes de renforcement pour favoriser la micro-pratique quotidienne dans la durée, et ancrer une nouvelle compétence. 

Ce programme de renforcement permet également à l’apprenant.e d’accumuler des preuves de mise en œuvre de la formation

Ce sont ces preuves qui vont alimenter le processus de certification. Elles seront visées par le tuteur expert, qui pourra confirmer leur cohérence avec les objectifs initiaux, et apportera un feedback positif et/ou constructif à l’apprenant.e. Ces preuves contribuent donc à EVALUER (un 6e E 😊l’apprenant.e et l’efficacité du dispositif. 

Au-delà du côté formel, la constitution du dossier de preuves permet à l’apprenant.e de faire une pause réflexive, et de poser ce qu’il/elle a appris, et comment il/elle l’a appris.  

En conclusion

Nous espérons que cet exemple vous inspire !  

Si nos 5Es sont ici présentés de manière assez séquentielle, la réalité est assez différente. Par exemple, même si l’engagement est particulièrement travaillé dans la première étape, il continue à être nourri par la troisième étape, lorsque l’apprenant commence à pratiquer et se rend compte des bénéfices potentiels de ce qu’il apprend. 

De votre côté, quelles sont vos autres idées pour Engager, Expliquer, Expérimenter, Explorer, Embarquer dans un parcours distanciel ?   

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DEROULEDE

DEROULEDE Il y a 4 mois

excellente synthèse et qui nous invite aussi à revisiter les stratégies des classes inversées en lien avec les 5 E

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.