Le secret d’une classe virtuelle réussie : la classe inversée

Par le 28 mai 2020

Le mot classe virtuelle est souvent prononcé depuis nos confinements et déconfinements – les dispositifs de formation présentiels deviennent distanciels. Il nous faut, nous formateurs, être de bons architectes pour concevoir des dispositifs attrayants, solides et remplissant la mission originelle celle de développer des compétences.

Les limites de la classe virtuelle

Les solutions sont variées (classes virtuelles, coaching, webinar, e-learning, tutoriels…)  et nous devons faire preuve d’imagination pour trouver de bonnes solutions techniques (quel outil de classe virtuelle ? quelle fonctionnalité ?) et adopter des postures efficaces.

La classe virtuelle est souvent conçue dans un format court (une heure trente ou trois heures) et ne peut remplacer l’ensemble d’une formation présentielle de deux jours ; c’est la raison pour laquelle la classe inversée devient un levier intéressant. La formule est connue pour définir la classe inversée « la classe à la maison, les devoirs en classe ».


Lire aussi : Comment concevoir une classe virtuelle


Remettre l’apprenant au centre de la classe virtuelle

Comme le dit Marcel Lebrun, conseiller pédagogique au Louvain Learning Lab, la classe inversée est une stratégie et non une technique. Différentes stratégies existent pour faciliter les apprentissages. L’idée maîtresse est de centrer la formation sur l’apprenant et l’activité et non sur le formateur.

Pour cela, il est possible de proposer au participant, en amont de la classe virtuelle :

  • une aide à la recherche d’informations,
  • un quiz, un autodiagnostic de ses pratiques
  • des lectures ou vidéos à visionner
  • des productions à réaliser : synthèse, étude de cas avec des pistes d’actions à proposer, vidéo à réaliser …

C’est en expliquant ce que l’on a compris que l’on intègre véritablement les informations, c’est pourquoi ces activités de production sont particulièrement importantes.

Comment réussir la classe inversée d’une classe virtuelle ?

La classe inversée couplée à la classe virtuelle est une solution intéressante. Mais il y a des conditions de réussites à remplir :

  • un cadrage clair de la part du formateur
  • un périmètre de contenu précis à étudier
  • un temps annoncé pour préparer la réalisation de l’activité,
  • des ressources de qualités (vidéos, lecture, étude de cas…)
  • des ressources accessibles facilement

Je suis persuadé que la classe virtuelle n’est utile que si elle s’inscrit dans un processus complet d’apprentissage : faire vivre à nos participants une expérience personnelle, responsabilisante, motivante.

Formez-vous à l'animation d'une classe virtuelle avec notre programme Cegos : Animer une classe virtuelle

/5 - Voir tous les avis

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Jean-Pierre Il y a 1 mois

@ Bertrand : vraiment intéressant et pratique. Bravo pour ce post

Répondre
Avatar

Louise Fontana Il y a 1 mois

Bonjour Hérold,

Merci pour votre message.
Les formateurs qui animent nos classes virtuelles sont tous habilités pour les animer. Je vous invite à vous rapprocher de votre manager d’offre ou chef de projet pour organiser votre montée en compétence.

Bonne journée

Répondre
Avatar

Hérold Haddad Il y a 1 mois

J’aimerai bien m’entraîner sur ces différentes techniques, avant de les pratiquer en live, le moment venu, j’espère..
Est-ce possible en tant que consultant formateur pour Cegos?

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.