Professionnalisation : de quoi parle-t’on ?

    Par le 15 février 2016

    « Professionnalisation », « parcours professionnalisant », « professionnaliser »… le mot est devenu un leitmotiv, une sorte de gage de légitimité des actions de formation. Mais que recouvrent ces termes ? Et quelle est leur actualité, dans un monde en mutation ?

    Des acceptions différentes

    Le mot a plusieurs acceptions  différentes, que l’article de Richard Wittorski « La professionnalisation » (Revue Savoirs, 2008) nous aide à décoder.

    Dans le monde anglo-saxon, la professionnalisation se réfère aux actions mises en œuvre « par un groupe d’individus partageant la même activité, qui ont la volonté  de s’organiser en tant que profession libérale ». Par exemple, la profession d’avocat, la profession d’infirmières … Dans ce modèle, les professions « peuvent être définies par 3 critères : la spécialisation du savoir, une formation de haut niveau, et un idéal de service ».

    En France, écrit R. Wittorski*, « les enjeux portés par les organisations ne concernent pas la constitution des professions dans l’espace social, mais (…) l’intention d’accompagner la flexibilité du travail, la modification continue des compétences en lien avec l’évolution des situations de travail».

    Face à l’impossibilité de tout prescrire, il s’agit de mobiliser les ressources subjectives des individus, afin  de résoudre les problèmes posés, de prendre des décisions.

    Un processus permettant de construire et développer ses compétences

    « Professionnaliser » désigne pour G. Le Boterf (*) le processus permettant de construire et développer ses compétences.

    « Le choix du terme professionnalisation », note C. Guitton (*), traduit la volonté et la recherche par les pouvoirs publics « d’un nouveau mode d’articulation de la relation formation-emploi », privilégiant l’expérience professionnelle par rapport à la formation, et les compétences acquises en situation de travail plutôt qu’en situation de formation, initiale notamment ».

    Il s’agit, indique R. Wittorski, « d’intégrer dans un même mouvement l’action au travail, l’analyse de la pratique professionnelle et l’expérimentation de nouvelles façons de travailler ». «(…) « Cela engage un ancrage plus fort des actions de formation par rapport aux situations de travail ».

    Un processus de professionnalisation s’inscrit donc sur trois temps :

    Les 3 temps

    Comme le note R. Wittorski, du côté de l’organisation, la professionnalisation renvoie à la ‘logique compétences ». Tandis que, côté individu, elle renvoie à la logique de la qualification renvoi billet blog .Il s’agit aussi d’acquérir une identité professionnelle, ou d’en réendosser une nouvelle, et d’être reconnu en tant que « professionnel », par ses collègues, son organisation, la Société.

    Si « se professionnaliser » relève d’une démarche individuelle, la professionnalisation a toujours une dimension collective, elle ne vaut que dans le regard des autres.

    Finalement, il apparaît que la professionnalisation est porteuse d’enjeux différents pour les acteurs qu’elle implique :

     

    Trois acteurs

     

    La réussite du processus de professionnalisation est une affaire de responsabilité partagée, et de transactions, entre ces trois acteurs :

    Transactions

    Cliquer pour agrandir l’image

    Professionnalisation : le triptyque compétences/ identité/ reconnaissance

    La professionnalisation recouvre donc simultanément le développement de compétences, d’une identité professionnelle, et une reconnaissance.
    Des contradictions peuvent émerger dans chacun de ces pôles

    Pôle compétences

    • Un dispositif qui donne des ressources et entraîne à les combiner pour résoudre des problèmes posés dans l’activité. Guy Le Boterf a défini la compétence comme la capacité de combiner différentes ressources pour agir avec performance dans un contexte donné.
    • C’est pourquoi la professionnalisation ne se réduit pas à la formation. La formation donne des ressources (des savoirs, des pratiques de référence, des grilles de lecture des situations …), entraîne à les combiner (simulations, études de cas…), donne le droit à l’erreur et le temps de la réflexivité. Mais la professionnalisation suppose d’aller jusqu’à la production de la compétence en situation réelle, et d’accompagner l’aller-retour entre formation et travail. Car seule la situation réelle produit l’alchimie de la compétence.

    Première difficulté, donc, d’un dispositif de professionnalisation : organiser et faire vivre une véritable alternance, productrice de compétences. Et non pas la simple juxtaposition de temps de formation et de temps de travail, déconnectés entre eux.

    Reconnaissons que relativement peu de dispositifs de formation d’adultes dits « professionnalisants » font véritablement vivre une alternance de ce type. Une façon de résoudre la difficulté peut être de s’appuyer en formation sur des livrables produits par l’apprenant en situation de travail, voir à ce sujet le billet Formateur scénariste, apprenant producteur.

    Pôle identité professionnelle

    Langage partagé, identité professionnelle ressentie et confortée par le regard des autres .. «Au quotidien, la professionnalisation se construit ainsi par et dans l’élaboration identitaire qui dépend d’une reconnaissance par les autres des compétences et des savoirs produits » écrit R. Wittorski *.

    Les concepteurs du parcours professionnalisant,  se doivent de prendre en compte et d’outiller cette construction de l’identité professionnelle.

    Pour Dubar, « l’espace de reconnaissance des identités est  inséparable des espaces de légitimation des savoirs et des compétences associées aux identités ».

    Dans l’entreprise, l’outillage RH des cartographies métiers, des passerelles et des filières, des qualifications reconnues,  « donne à lire »  les identités reconnues. En formation, il s’agira de faire vivre le lexique professionnel, de faire entrer la personne dans le discours que le métier produit sur lui-même.

    Pôle reconnaissance

    Les enjeux divergents des acteurs font potentiellement  émerger une contradiction :

    • Côté entreprise, la nécessité de contextualiser le développement des compétences, d’être au plus près de ses particularismes techniques, organisationnels …
    • Côté individus, l’enjeu de l’employabilité, et donc de la transférabilité des compétences ainsi développées, de leur reconnaissance sur le marché du travail.

    Le danger serait de faire rimer « professionnaliser » avec « spécialiser ». « Certains métiers créés il y a 15 ans n’existent déjà plus, c’est très compliqué (…) de s’adapter à ce rythme effréné » indiquait Jacques Peyrondet, Président de Digital Aquitaine à l’UHFP 2016.

    Etre « professionnel », c’est disposer des connaissances fondamentales, des méthodes de raisonnement et d’analyse, qui permettront de faire évoluer ses pratiques dans des contextes mouvants, de sélectionner les informations pertinentes, d’ancrer de nouveaux savoirs.

    L’acquisition d’une qualification, ou au moins d’une certification reconnue, apparaît comme le moyen de résoudre cette contradiction. Elle est un implicitement un objet de transaction : « acquérir les compétences dont l’entreprise a besoin » versus « être reconnu au-delà du périmètre de l’entreprise ».

    Mais le risque est ici évident de « figer » des référentiels, alors que les savoir faire requis sur le terrain sont mouvants. Beaucoup de référentiels sont aujourd’hui conjointement élaborés par les organismes de formation et les experts des entreprises. Encore faut’il incorporer le système de maintenance du référentiel dès sa création …

     La dimension « action de formation débouchant sur une évaluation certificative » prime aujourd’hui dans l’acception couramment admise de la professionnalisation.
    Elle ne doit pas faire oublier ses autres composantes.

    A suivre …

     

    Sources :

    Claude Dubar, 1998. La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles. Armand Colin.
    Guitton C. La professionnalisation, nouvelle catégorie de l’intervention publique. Formation Emploi n°70, Avril-Juin 2000.
    Le Boterf Guy, 1994 De la compétence, Essai sur un attracteur étrange. Editions d’Organisation
    Le Boterf Guy, 1996 De la compétence à la navigation professionnelle. Editions d’Organisation
    Alpha Centre et Structure A propos de la professionnalisation, 2004
    Wittorski Richard, La professionnalisation, Savoirs, 2008