Les 7 compétences clés du travail de demain

Par le 30 septembre 2013

Michel Serres nous rappelait récemment que l’évolution des technologies nous force à être intelligents. Les technologies révolutionnent en effet notre environnement de travail et nous poussent à développer de nouvelles compétences.

De nombreuses prospectives alimentent le débat et mettent en lumière les compétences qui feront la différence sur le marché du travail de demain. Quelles sont les évolutions dans les compétences distinctives ? Quelles doivent être les priorités en termes de développement des compétences? Essayons de creuser.

Un consensus se dégage autour de 7 compétences

Etre compétent dans son travail requière un savant mix de compétences techniques (les hardskills), comportementales (les softskills), et sectorielles (je maîtrise les enjeux et la culture du  secteur d’activité dans lequel j’évolue).  Elles sont dépendantes de l’environnement de travail et liées à des performances attendues. Quelles sont donc les compétences qui permettront d’atteindre une meilleure performance dans le monde d’incertitude que nous vivons ?

1. Collaboration à distance

Dans les organisations de plus en plus réticulaires où les équipes sont polymorphes, évolutives, à distance et  parfois multiculturelles, où les communautés virtuelles et réseaux sociaux prennent le pas sur les organisations verticales, savoir collaborer et coopérer à distance sera clé. Cela se traduit par :

  • une grande qualité relationnelle : Ecoute, partage, empathie, communication  interpersonnelle, être en capacité à se «connecter» aux autres et d’établir des relations riches et sincères.  Cela suppose une grande connaissance de soi et des différences de profils psychologiques que l’on peut rencontrer
  • Une maîtrise des outils de collaboration à distance, en synchrone (chat, vidéo-conférence, réunion virtuelle…) et asynchrone (forum, e-portfolio…)
  • Une maîtrise de plusieurs langues (comprenant  une parfaite maîtrise de sa langue maternelle et de l’anglais) et une sensibilité aux différences multiculturelles

incertitude

2. Communication au travers du numérique

Quand on pense au numérique, on pense plus aux outils et aux média (Youtube, twitter, ..) que ce que l’on y fait. Et c’est vrai que la maîtrise des outils est importante. Mais ce n’est pas suffisant. Ce que l’on a appelle l’alphabétisation digitale (« Digital literacy ») passe par 3 compétences complémentaires :

  • Rechercher, accéder, filtrer, et synthétiser les informations pertinentes d’une manière critique et systématique
  • Générer son propre contenu représentant une vraie valeur ajoutée pour les autres au-delà du simple partage. Cela suppose de développer une pensée critique permettant de construire des concepts et donner du sens… pour creuser le sujet, je vous renvoie à la pyramide de Steve Wheeler
  • Produire et diffuser des contenus multimédias adaptés (Blog, videocasts, slideshare…)

3. Agilité et adaptation

La fragmentation des parcours professionnels nous poussera à développer une transversalité en termes d’expertises, de savoirs et d’expériences. Nous serons amenés à  nous adapter aux diverses évolutions. L’agilité dont vous ferez preuve et votre capacité à piloter le changement sera alors un facteur clé de succès. Cela implique de développer :

  • une grande tolérance à l’incertitude et aux idées nouvelles
  • ses connaissances dans plusieurs disciplines
  • une grande propension à changer en continu

4. Créativité et sens de l’innovation

La créativité est la capacité à apporter un regard nouveau sur des questions nouvelles. Et elle peut se développer !

  • D’une part par une grande ouverture aux nouvelles formes d’idées, d’expériences qu’elles soient culturelles, artistiques, ou professionnelles
  • Par une maîtrise des outils favorisant la créativité qu’ils soient individuels ou collectifs (questionnement, expérimentation, …)
  • Enfin par un environnement propice à apporter des idées nouvelles et à y consacrer du temps

5. Esprit d’initiative et d’entreprise

Plus que jamais, ce que vous ferez dépendra de vous. La liberté d’entreprendre, en interne ou en externe n’a jamais été aussi grande. L’aptitude d’un individu à passer des idées aux actes nécessite :

  • Une grande motivation. Le meilleur moteur de votre action est la passion. Identifier ce qui vous passionne et vous orienter sur les activités s’y rapprochant sera la meilleure garantie de réussir
  • de la prise de risques
  • une capacité à gérer ses projets en vue de réaliser ses objectifs

6. S’organiser efficacement

La multiplicité des échanges parfois stériles, la masse d’information grandissante, l’appel des distractions et la diversité des projets à mener en parallèle nous forceront à développer une grande productivité personnelle pour pouvoir atteindre nos objectifs, notamment sur 3 points :

  • Le temps restera  une ressource rare. Les bonnes pratiques en termes de gestion du temps et des priorités devront être maîtrisées par chacun
  • La gestion de son environnement de travail, qu’il soit à distance ou au bureau, physique ou virtuel doit permettre à chacun d’accéder efficacement à tous les sujets en cours
  • Saisir l’opportunité d’automatiser ses tâches routinières grâce aux différentes applications proposés ou développées par vous. Le codage devrait ainsi rentrer dans les compétences de bases que tout le monde  devra maîtriser

7. Apprendre à apprendre

Comme je l’ai évoqué dans un précédent billet, chacun d’entre nous devra dédier au moins 20% de son temps à renouveler ses compétences pour rester employable et s’efforcer de coller à celles requises par l’évolution du marché du travail.  Nous devons développer pour cela une culture de l’auto-formation et définir notre stratégie d’apprentissage dans notre écosystème (entreprise, réseaux, écoles, communautés).

 

Et vous quelle est votre stratégie d’apprentissage vis-à-vis de ces 7 compétences clés ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patrice Fornalik Il y a 2 mois (20h24)

Personnellement, je rajouterai quelque chose que le digital ne favorise pas encore, les compétences relationnelles et la communication. Car n'oublions pas que si les avancées technologiques permettent de communiquer plus facilement, elles n'aide pas à communiquer plus efficacement. La base de la relation repose encore et toujours sur notre
capacité à communiquer, motiver, emporter l'adhésion , convaincre ou mobiliser autour d'un projet commun. Les qualités humaines doivent continuer à être développées, sinon elles deviennent vite le goulot d'étranglement du système. Nous proposons des formations sur ces thématiques. www.ekilium.fr Lire la suite

Répondre

Garrigue Il y a 3 mois (15h47)

Vos 7 points sont fondamentaux et necessaires, mais, ne peut-on remetre en cause quelques evidences auxquelles nous acceptons de nous soumettre? Vite, toujours plus vite, mais pourquoi? Innover, innover, mais pourquoi? Ne pourrait-on pas s'arreter quelques instants et reflechir a ce que nous voulons comme monde, celui ou nous vivons et
ou nous allons vivre? Le commentaire de Francois Plumet est interressant. La maitrise, oui, mais de quoi? Il s'agit de nous. Individuellement et collectivement. Le numerique, c'est genial, c'est extraordinaire et ca sert a quoi? En tous cas, dans le quotidien et celui de l'entreprise, au final? Je peux commander des chaussures et des livres et les avoir ds 24h? Cool! Au quoitidien, si je vais chez le libraire et chez le marchand de chaussures, c'est tout de suite, non? Dans le monde du travail, c'est un nombre de mails envoyes restes sans reponses par des gens sur internet en train de faire autre chose que de repondre a ceux avec lesquels ils sont censes communiquer.... CQFD? Je vous laisse les reponses... Lire la suite

Répondre

    stéphane CANONNE Il y a 2 mois (10h06)

    Bonjour, Vous posez des questions qui vont au delà du modeste objectif de ce billet. Je vous rejoins sur la nécessité d'activer notre pensée critique sur les courants ou les modes afin de d'être réellement en phase avec nous-même, tant qu'individuellement que collectivement. Stéphane CANONNE

Lise Rubinstein Il y a 3 mois (10h07)

Pour conserver et développer la performance individuelle et/ou collective dans toutes les compétences (au sens du "savoir-agir" - Le Boterf, G., De la compétence, Essai sur un attracteur étrange, Paris, Les Editions d’organisation, 1994, p. 43), j'ai recours depuis un peu plus d'un an à une approche holistique qui,
pour l'instant, donne des résultats très encourageants: le Goal Mapping. Il s'agit d'un système complet et éprouvé (déjà utilisé par près de 4 millions d'individus et des équipes au sein de grands groupes comme Siemens, British Telecom - Orange, Microsoft... !). Lire la suite

Répondre

Michel SILVA Il y a 3 mois (16h21)

Bonjour et merci beaucoup pour ce partage ! Bien amicalement, Michel http://www.silcom.fr

Répondre
Mathilde Bourdat

Mathilde Bourdat Il y a 3 mois (08h11)

@François Plumet Je relis le billet et je vois que c'est de "maîtrise des outils" (de collaboration à distance, de créativité ...), qu'il s'agit. Et non de maîtrise des situations, ce qui est bien différent.

Répondre

François PLUMET Il y a 3 mois (07h03)

Le mot maîtrise apparaît de très nombreuse fois dans cet article et est pour moi l'aveu évident d'un fantasme de puissance là où tout devrait nous inviter à réfléchir à notre impuissance individuelle et collective ... Raisonner en terme de maîtrise est une impasse pédagogique assurée .

Répondre

    Stéphane CANONNE Il y a 2 mois (09h57)

    Bonjour, Je vous remercie pour votre remarque qui me permet de préciser le point suivant : Je n'ai pas utilisé le terme "maîtrise" dans cette article au sens de domination, mais plutôt de connaissance approfondie et sûre. Ma volonté était de mettre en évidence la nécessité d'aller plus loin que
    la simple vulgarisation. Stéphane CANONNE Lire la suite

Perrine Chiquet Il y a 3 mois (11h59)

Ces 7 compétences sont aussi celles qui sont utiles dans des organisations fonctionnant en holacracy (http://igipartners.com/) ou un dirigeant décide de déléguer son autorité à un mode de gouvernance qui permet à chacun ou qu'il soit dans l'organisation d'être entrepreneur dans ses rôles, en se basant sur des règles du
jeu. Là ou je prend ma place, il n'y en a plus pour être victime du système ou de quoi que ce soit d'autre! Lire la suite

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 3 mois (08h12)

    @Perrine Merci pour l'ouverture vers ce concept d'holacracy, nouveau pour moi ! A creuser ...