Le e-learning, oui, mais je n’ai pas le temps ?!

Par Patrick Galiano le 3 décembre 2012

C’est le retour le plus fréquent que l’on entend vis-à-vis du e-learning. La qualité du contenu, l’interactivité ou la pédagogie employée n’est bien souvent pas remise en cause, mais les stagiaires ne trouvent pas toujours le temps nécessaire pour se connecter aux modules e-learning. C’est une question que nous développons régulièrement avec nos clients : comment accompagner les stagiaires pour qu’ils suivent leurs modules e-learning ?

A cette question du manque du temps, prenons l’analogie d’un module e-learning avec l’exemple d’un livre : comment choisit-on un livre à lire ?

Cultivons l’intérêt !

On voit derrière cette question un premier élément : il faut qu’on y trouve un intérêt. Pourquoi ce livre, qu’est-ce que cela m’apporte ? Autrement dit, est-ce que le module e-learning répond à un besoin, quel est mon intérêt à le suivre ?  Sujet traité, problématique actuelle et besoin de formation immédiat, témoignage d’autres collègues… Pour susciter l’intérêt, plusieurs démarches peuvent être déployées : un autodiagnostic de compétences, par exemple, qui détermine les acquis et les axes de développement et guide ainsi l’apprenant dans ses choix (ici d’ailleurs, le rôle du manager est indispensable pour donner son point de vue, valider, soutenir ces choix… et donner du temps). Autre exemple : les commentaires ou les notes d’autres utilisateurs sur les modules dans le portail de formation : « ceux qui ont aimé ce module ont également parcouru ces autres modules » (nous avons tous été confrontés à cette logique dans nos choix dans les sites de e-commerce).

Accompagnement et communication

Après avoir trouvé l’intérêt, comment faire pour s’assurer que les stagiaires commencent et terminent leurs modules ? Susciter l’envie par des modules opérationnels dont le contenu est immédiatement transposable dans leur quotidien, une pédagogie rythmée et ludique, des modules courts et impactant. Oui d’accord, pour compléter les modules… mais est-ce que je suis motivé pour les commencer ? Un tuteur peut ici jouer le rôle de catalyseur pour donner du sens : en quoi le temps passé sur ce module a un bénéfice immédiat dans mon contexte ? Qu’est-ce que je vais y apprendre ? Ce tuteur peut être externe ou interne (cf le rôle du manager à nouveau). Dans nos déploiements, la mise en place d’un système de tutorat par téléphone ou classe virtuelle peut multiplier par deux les taux de connexion. Par ailleurs, la communication doit être pensée comme une modalité à part entière : une logique de communication régulière qui met en avant des témoignages d’utilisateurs et de leurs managers sur pourquoi ces modules ont été choisis, qu’est-ce que cela leur a apporté, comment ils le mettent en œuvre dans leur quotidien… Le bouche à oreille a un effet démultiplicateur dans les déploiements… à nous de bien y penser pour créer ce buzz !

Communiquer aux moments clés est un facteur clé de succès pour maintenir le dispositif attractif et susciter l’intérêt. Accompagner les stagiaires, managers et responsables de formation pour construire des outils adaptés et mettre en avant les bénéfices de chacun.

Communication et Accompagnement, des maitre-mots pour répondre à ce manque de temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Master MONE Il y a 4 semaines (14h16)

L'e-learning est au coeur de la formation du MASTER MONE, c'est un système particulièrement apprécié des étudiants. Cela dit, il y a tout de même 2 demi-journées de formation en présentiel le vendredi soir et samedi matin. http://www.master-economie.com/

Répondre

pinkloulou Il y a 2 mois (11h27)

Aidez-moi à compléter mon enquête sur le E-learning ! Est ce que vous êtes compatible au E-learning ? Merci de remplir mon étude pour mon mémoire de Maîtrise . Copier/coller ce lien dans votre barre de recherche . http://enquete.campus-igs-toulouse.fr/Etudiant/qu_Elearning/index.htm Mille Mercis

Répondre

Desrosiers thomas Il y a 1 année (12h35)

Merci Patrick ! Je te rejoins Gaëlle. cela dit, le format est le fait de penser le "elearning" comme un ressource à disposition, facilement accessible, et d'une durée plutôt courte, devrait rapidement s'imposer quand on s'intéresse aux modes de consommation de la connaissance par les générations qui arrivent sur le
marché du travail. Je choisis d'apprendre car ca m'est utile, que l'information est accessible en deux clics, et que j'y trouve un intérêt opérationnel immédiat. Lire la suite

Répondre

kimiko Il y a 2 années (14h05)

Merci LaureAnna! j'ai trouvé votre analyse très "éclairante". Vous qui hésitiez à mettre votre grain de sel...et bien mieux valait tard que jamais!

Répondre

wai-kwan Il y a 2 années (10h54)

L'e-learning, c'est l'avenir, c'est certain ! j'ai appris danc cette article ( http://aexpmilblog.fr/blogFormation/le-point-sur-le-e-learning/) qu'il y avait des formations mixtes (mi e-learning / mi-cour en salle) ... un bon argument pour convaincre les plus réticents !

Répondre

LaureAnna Il y a 2 années (20h13)

J'arrive un peu tard dans la discussion avec peu d'espoir d'être lue. Cependant, je me permets d'ajouter tout de même mon grain de sel, des fois que ma contribution ne soit pas vaine. Lorsqu'il est question d'apprentissage continue aux adultes, la contrainte d'étudier, de faire des "devoirs", laisse souvent la
place à d'autres priorités, à d'autres obligations plus immédiates et à des besoins impératifs (dont celui de se reposer et de ne rien faire n'est pas le moindre pour certains). Notre rôle, hélas, ne nous permet pas d'établir les priorités de nos apprenants adultes ou de les contraindre à quoi que ce soit. Ne nous reste alors que de tâcher d'aguicher notre "client" pour l'amener à consulter le contenu et à y revenir. Le défi pour ceux qui créent et livrent de la formation, c'est de changer de perspective par rapport à leur rôle (formateur vs facilitateur) et par rapport au contenu à livrer (devoirs ou travaux vs idées, concepts, faits). Il ne s'agit pas de contraindre ou de divertir mais de créer le BESOIN de connaître, de savoir. On crée ce besoin en posant un problème concret, réel, ayant des répercussions sur la réalité de l'apprenant, et en respectant les 4 principes de la formation aux adultes (centrée sur la résolution de problèmes, application immédiate, tenant compte de leur expérience et les faisant participer à leur apprentissage). Nous vivons une ère où l'apprentissage n'est pas linéaire et c'est encore plus vrai pour les adultes. Il se fait beaucoup de façon aléatoire et surtout en fonction du besoin immédiat de savoir. La fragmentation de la formation peut avoir son utilité ici mais ne réglera pas la question de motivation si elle est absente au départ (pas de pertinence à la réalité de l’apprenant, absence d’application immédiate, etc.) Lire la suite

Répondre

Calculatrice Il y a 2 années (12h06)

Je crois beaucoup à l'e-learning

Répondre

Félix Béranger Il y a 2 années (19h20)

oups, commentaires partis avant corrections... Le temps est effectivement une fausse barbe, et vous souvenez vous de de 8 ou 10 ans.

Répondre

Félix Béranger Il y a 2 années (19h18)

Bonjour, le temps n'est pas la seule raison et est bien souvent un faussz b. Vous souvenez vous quand vous aviez 8 ou 10 l'épreuve des devoirs ou cahiers de vacances ? c'est trop loin ? Vous souvenez vous de l'épreuve des devoirs ou cahiers de vacances de vos enfants
ou de ceux de vos amis ? "Tu iras jouer, quand tu auras fini" ce ne sont pas les mot que vous avez entendus ou prononcés ? Le e learning c'est pareil ! ou si vous préférez c'est aussi comme les cours du soir. Il faut soit une contrainte soit une volonté personnelle d'acier avec un objectif très ancré et fort. Bien que les cahiers de devoirs de vacances soient aujourrd'hui plein de couleurs et de gaité, de vraies BD , tout comme les modules e learning sont de vraies animations 3 D, et bien suffit rarement à motiver l'apprenant , qu'il soit enfant ou adulte , cela reste des ou un ... Devoir. A défaut d'une vraie démarche personnelle forte, le e learning sera suivi si le salarié, a à sa "disposition" ou plutôt à son "obligation" un temps et un espace requis et dédié au e learning, un " incentive" (incitation) à la clé est un plus , un peu comme le " si tu fini vite ton cahier de vacances tu auras une glace au retour de la plage ...." Si non , il ouvrira le module , une fois ou deux, entre 2 dossiers ou durant une pause , et pensera " je ferai cela plus tard quand j'aurai le temps..." Notre expérience chez Francis Lefebvre Formation, montre que pour les modules associés à un examen la durée de consultation est de plusieurs heures, les mêmes modules associés à la même formation mais sans examen pour les stagiaires et la durée est de quelques minutes. Dans les intra, le constat est le même, une offre sur étagère en libre service, aura peu de succès, si des périodes et des salles équipées dédiés ne sont pas vivement "recommandées". Lire la suite

Répondre

DUBREUCQ Delphine Il y a 2 années (19h24)

Pour avoir exercé la fonction d'e-tuteur, je confirme que la clé est bien l'intérêt et l'application immédiate des connaissances. Si le choix de l'e-learning est dicté par une contrainte économique et que cette modalité est imposée aux utilisateurs, le résultat se solde fatalement par une non consommation et au final
une grande frustration. Lire la suite

Répondre

Profileusedunet Il y a 2 années (17h19)

@Marie-Pierre Une plateforme qui proposerait des micro-formations en grand nombre devrait bien sûr guider "intelligemment" l'utilisateur pour qu'il obtienne un parcours ciblé et qui tienne la route.

Répondre

Marie-Pierre Prioleau Il y a 2 années (15h11)

"Je n'ai pas le temps", c'est ce qu'on appelle une "fausse barbe" je crois : une phrase passe-partout pour dire qu'on n'a pas envie, qu'on n'est pas intéressé, etc. Merci pour ces conseils qui doivent susciter l'envie d'apprendre, même si je trouve regrettable qu'on soit obligé d'en passer par là !
@ profileusedunet : une dimension essentielle de la formation, à mon avis, c'est le temps ! Je ne vois pas bien comment vont s'ancrer des connaissances si on "butine" de micro-formation en micro-formation au gré de ses envies. Le risque, c'est de se spécialiser à outrance ou au contraire de n'acquérir que des fragments de connaissances générales. J'avoue que je suis sceptique bien que votre idée soit séduisante. Lire la suite

Répondre

CESACOM Il y a 2 années (14h56)

Pour répondre au commentaire précédent ce genre de formations "personnalisées" existe déjà, j'ai déjà vu des formations à la carte que l'on peut suivre ou reprendre quand on le désirer, c'est assez bien construit. Mais c'est évident qu'il reste encore beaucoup de boulot dans ce domaine :)

Répondre

Profileusedunet Il y a 2 années (09h55)

C'est une question qui m'interpelle souvent aussi. Dans notre monde actuel, tout le monde s'attend à obtenir ce dont il a besoin " immédiatement". Dans cette optique, je trouve que l'e-learning est déjà largement dépassé. Il faut chercher la formation, s'inscrire, la suivre selon un parcours bien déterminé,... et tout cela sans être
sûr d'obtenir exactement ce que l'on attend. Les internautes auraient plus besoins de micro-formations sur des points précis, permettant de se construire son parcours personnalisé selon ses besoins, accessibles immédiatement. Pour moi c'est vraiment l'avenir et je rêve de participer et collaborer à la mise en place d'un tel projet ! Lire la suite

Répondre
Gaëlle Menin-Urien

Gaëlle MENIN Il y a 2 années (16h59)

Merci, Patrick. Finalement, cultiver l'intérêt, communiquer, accompagner, c'est bien ce qui optimise l'efficacité de toute modalité formative. Et c'est bien ça l'enjeu, comprendre que le e-learning est une modalité formative qui mérite le même accompagnement qu'une modalité en présentiel.

Répondre