L’expérience apprenant au cœur de notre transformation digitale

Par le 14 septembre 2015

L’expérience apprenant ou Learner Experience (LX), c’est l’ensemble des émotions et sentiments ressentis par un apprenant avant, pendant et après son parcours de formation.

L'expérience apprenant au cœur de notre transformation digitale

Dans le monde du e-commerce, le phénomène du RO-PO (Research Online – Purchase Offline) bouleverse l’expérience que les  marques doivent proposer à leurs clients : on parle alors de parcours client omnicanal et ATAWAD (Any Time Any  Way Any Device). Le client s’attend à être reconnu et servi sans rupture, de manière cohérente, quelques soient les canaux empruntés aux différentes étapes de son parcours d’achat…

Dans le monde de la formation professionnelle, apprendre tout au long de la vie, c’est le phénomène que je vais renommer LO-TO (Learning Online / Training Offline) qui nous impose de proposer une nouvelle expérience apprenant par le biais de parcours apprenants omni modaux et SLATAWAD (Social Learning Any Time Any Way Any Device)

L’expérience apprenant est évidemment considérée comme une source d’influence de la satisfaction, de la fidélisation et de l’engagement.

Les différents leviers pour innover en matière d’expérience apprenant

  • Innover sur le contenu : pour capter et diffuser en temps réel les tendances émergentes sur certaines fonctions dont l’environnement évolue plus vite que les référentiels métiers.
  • Innover sur les dispositifs : pour permettre une appropriation progressive des contenus dans une logique LO-TO et SLATAWAD
  • Innover sur les méthodes pédagogiques : pour créer des interactions apprenants/apprenants et apprenants/contenu encore plus riches.
  • Innover sur l’expérience émotionnelle : pour favoriser un ancrage durable des connaissances et susciter l’envie de les mobiliser en situation opérationnelle.
  • Innover sur les services : pour gagner en confort, en efficacité et en coûts dans le déploiement, l’administration, la facturation des formations

Passer d’une offre multimodale à une offre omnimodale

Le multimodal ou blended learning, c’est le fait de proposer différentes modalités de formation lors d’un parcours de formation (en vue d’atteindre les objectifs, bien sûr). L’essor de ces dispositifs dans les entreprises n’est plus à démontrer. Je constate néanmoins que ces parcours mixtes se limitent souvent à une addition de modalités qui ne s’inscrivent pas dans un écosystème intégré, orienté sur les compétences à développer en situation de travail.

Les activités « on the job » et « collaboratives », qui mettent en scène « l’apprendre à apprendre » en continu entre les évènements collectifs synchrones, sont souvent négligées. Elles favorisent pourtant l’expérimentation de nouvelles méthodes de travail (agiles), la prise d’initiative, la mise en réseau,  le travail collaboratif et la veille.

L’omnimodal, c’est l’ambition d’ajouter à la notion de multimodal l’idée d’ubiquité, le fait que l’apprenant puisse se former à la fois sur une modalité et sur une autre, sur un support ou sur un autre, de manière synchrone ou asynchrone, une modalité d’apprentissage servant l’autre dans une logique d’efficience comme la classe inversée par exemple.

Le terme d’ubiquité désigne ici un « learning landscape » dans lequel les outils (devices et réseaux) sont « enfouis », « intégrés » et « omniprésents » dans l’activité du salarié et son parcours de développement. L’apprenant a accès à un ensemble de services, de contenus au travers de modalités distribuées de manière intelligente, dont il est entouré (incluant des activités « on the job » et collaboratives).citation EINSTEIN

Expérience en salle et nouveaux services pour les apprenants

L’expérience apprenant se joue aussi en salle où le digital enrichit notre palette de concepteur pédagogique. Là encore, il ne s’agit pas de suivre les sirènes d’un tout technologique mais bien de dépoussiérer certaines pratiques.

Que dire enfin de l’exploitation de la DATA disponible, de la dématérialisation de nos processus et supports afin d’offrir de nouveaux services aux apprenants et tendre vers une individualisation tant recherchée (recommandations, styles d’apprentissages, quantified-self, …) ?

 

Et vous, que faites-vous pour enrichir l’expérience de vos apprenants ? A vos commentaires !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

yves prospa Il y a 3 années

Bonjour
votre vue est pour le bon et futur une vision qui devrait se mettre en tout lieu

Répondre

caron Il y a 3 années

exemple type d’un article obscure et abscons.

Répondre

duporte Il y a 3 années

Bonjour Grégory, je découvre vos post et je trouve vos analyses excellentes.
Je suis formatrice et parallèlement j’ai intégré un cursus de MASTER 2 en management/marketing. Mon sujet de mémoire est justement l’innovation (pédagogioque, contenu, dispositif etc etc ) dans la formation professionnelle avec le changement donc de Business Model pour certains centres de formation (le mien est une asso secteur privé avec pour principaux publics jeunes de moins de 26 ans et demandeurs d’emplois, nos partenaires sont le CR, Pôle emploi et missions locales).
Pourriez-vous me conseiller pour mes recherches, étoffer et structurer mon analyse (sites, études, livres, forums, etc etc….) ?
Ma démarche est peut-être cavalière mais j’espère que vous la comprendrez et accepterez ma demande. En tout cas à la lecture de vos commentaires et de leur pertinence, cela m’incite fortement à faire appel à vous. Merci par avance.
V. Duporté

Répondre

PANHELLEUX Catherine Il y a 3 années

Bonjour,
Merci pour vos propositions et commentaires très intéressants sur cette question.
Votre réflexion, votre expertise et la volonté commune d’avancer ensemble seraient, à mon sens, profitables au groupe « Apprendre ensemble » dont je partage le lien à toutes fins utiles :
http://4cristol.over-blog.com/apprendre-ensemble.html
Cordialement
C;PANHELLEUX

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 3 années

    @Catherine Panhelleux Merci ! Oui, nous sommes plusieurs, lecteurs ou auteurs de ce blog, à participer à la belle aventure d’Apprendre ensemble !

Lise Wery-Lambert Il y a 3 années

Bonjour,
Aujourd’hui, les salariés utilisent de plus en plus de façon intuitive les outils digitaux dans le cadre de leur travail (ex : RSE, veille sur Twitter, networking, voire visio, etc.).
Dans le cadre d’une formation, les utiliser (sans céder à un effet de mode) me paraît une vraie opportunité ; voire indispensable sur certains types de formation. Le plus évident lors de session asynchrone : garder le contact avec ses apprenants entre les sessions et après la fin de la formation, les faire échanger ensemble en temps réel ou non, faciliter le travailler collaboratif, etc. Lors d’une session synchrone, mon ressenti est que ces outils ont plus un rôle de facilitateurs et parfois même de catalyseur d’émotions ; cela peut passer par du simple stockage de travaux sur le cloud (conservation des travaux collaboratifs des apprenants), échange avec un grand groupe d’apprenants à distance ou non (ex : live tweet), faire intervenir un expert non présent dans la salle (visio, vidéo…) – déjà fait et mes apprenants ont adoré, se sont sentis valorisés.
Une des conditions de réussite est que le formateur fasse vivre l’expérience pour que les apprenants en trouvent l’utilité et la nécessiter de les utiliser.

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 3 années

    @Lise Wery-Lambert Ravie de te retrouver sur le blog, Lise, et merci de ton commentaire ! Tout à fait d’accord avec toi, l’intégration d’une dose de digital dans le présentiel apporte de l’interactivité, une meilleure visibilité des productions des participants (personnellement j’utilise Padlet pour cela), et peut enclencher des processus d’apprentissage collaboratifs se prolongeant au-delà du présentiel. Même si ce n’est pas toujours facile de maintenir la dynamique d’une « communauté d’apprentissages » dans le temps …

Karin Bouin Il y a 3 années

Quelque soit la modalité et les supports utilisés en formation, l’important à mon avis est que l’apprenant « vive » ce qu’il est entrain d’apprendre. 2 choses vont donc être essentielles à l’acquisition de nouvelles attitudes et comportements : l’expérience propre et donc subjective de l’apprenant et la prise en compte de cette expérience subjective par le formateur dans un va et vient communicationnel et relationnel tout au long de la formation, afin de maintenir l’attention et la motivation de l’apprenant. Ce n’est pas ce que le formateur va transmettre (avec ou sans support) qui va être déterminant, mais la manière dont l’apprenant va le mettre à profit en l’expérimentant par lui-même. Si telle ou telle méthode dans telle ou telle circonstance avec tel ou public répond à cette nécessité pédagogique, parfait !

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.