Ecouter la voix de l’apprenant

Par le 31 août 2015

Dans un billet précédent, je proposais un « manifeste de l’apprenant » – une meilleure écoute de « l’utilisateur final » des formations. C’est lui qui apprend – mais quelle place lui laissons-nous réellement lors de l’élaboration du cahier des charges et de la validation des solutions formations ? Ce billet reprend les apports récentes des enquête « The learner voice » (5700 salariés interrogés, au Royaume Uni et en Europe) et Cegos (2500 salariés interrogés sur 5 pays d’Europe).

Il propose également un questionnaire, avec deux finalités :

  • Recueillir la voix des lecteurs de ce blog sur la façon dont ils aiment apprendre
  • Proposer un exemple de questionnaire qui pourrait être déployé dans vos entreprises/ organismes, auprès des utilisateurs finaux des formations.

Ce que nous disent les enquêtes : apprendre est un acte social

Philippe Carré a mille fois raisons lorsqu’il écrit :  « On apprend toujours seul.. mais jamais sans les autres » !
Dans les deux enquêtes citées dans l’introduction, les personnes interrogées mettent en avant leur préférence pour l’apprentissage collaboratif ou tutoré.
Ainsi dans l’enquête « The learner voice » la « collaboration dans l’équipe » est plébiscitée comme le 1er moyen d’apprendre pour son travail (91% sur tous les répondants, 96% pour les nouveaux entrants !).

Towards maturity

Extrait de l’enquête « The learner voice »

Et dans l’enquête Cegos de juin 2015, sur 4 options proposées, l’accompagnement individuel vient largement en tête des préférences.
modalite

On note, sur l’image ci-dessus, la distorsion entre les modalités préférées des salariés (dans le rond bleu) et les modalités qui leur sont réellement proposées (à droite).

Ecart particulièrement mis en évidence par l’enquête Cegos 2015 pour ce qui concerne l’individualisation de la formation. Mis à part les britanniques, les salariés (histogramme en bleu) la souhaitent, alors que les DRH (histogramme en jaune) se tournent vers des actions collectives .

 

A noter quelques différences entre les populations, même si elles ne remettent pas en causer la hiérarchie des préférences :

  • Les salariés ayant un niveau de formation initiale plus élevé aiment mieux les formations en ligne à distance que les autres.
  • Les moins de 35 ans aiment un peu mieux (33% de « correspond tout à fait ») la formation en ligne à distance que les plus de 45 ans (26%) – on note cependant, comme signalé dans un billet précédent, qu’il n’y a pas d’engouement des salariés les plus jeunes pour le distanciel.
    Dans l’enquête « The learner voice », les différences intergénérationnelles ne sont pas non plus très marquées. Cependant, les salariés de la tranche d’âge 21-30 ans sont plus enclins à coopérer (84% répondent « je souhaite partager ce que je sais avec mes collègues », contre 70% des plus de 50 ans), à partager via les réseaux sociaux.
  • Les collaborateurs d’entreprises de moins de 500 salariés indiquent en rang 1 une préférence plus important pour le à distance et l’accompagnement que ceux de grandes entreprises.

Un sondage précédemment réalisé sur ce blog nous permettait de mettre en outre en évidence certains fondamentaux sur ce qui compte pour apprendre:
ce qui compte pour moi

 

Une enquête à mener auprès des  « utilisateurs finaux » de vos formations

Dans ces temps de changements rapides, de contraintes opérationnelles fortes, « d’infobésité » … il me semble plus que jamais indispensable de questionner les bénéficiaires.

Sur ce qu’ils ont besoin d’apprendre. Sur la façon dont ils aiment apprendre. Et aussi, sur ce qui les empêche d’apprendre.

L’enquête « The learner voice » fait ainsi émerger, dans les facteurs qui « empêchent d’apprendre en ligne » :

  • Le manque de temps pour l’auto-formation (63%)
  • Le fait de ne pas trouver ce dont j’ai besoin (40%)
  • Le fait de ne pas disposer d’un espace approprié pour apprendre (28%)
  • Des contenus de formation inintéressants (26%)
  • Des problèmes technologiques, comme la bande passante (25%)

« Are L§D tuned into the Learner Voice» (La fonction “Learning and Developpement est-elle à l’écoute des apprenants ? »)  s’interroge l’enquête “The learner voice “.

Bonne question …

Pour se mettre d’avantage à l’écoute,  je vous propose de répondre au questionnaire en ligne. Et, pourquoi pas, de vous en inspirer pour interroger les utilisateurs finaux des formations que vous organisez.

 

 

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Martine Provençal Il y a 5 jours

Je trouve intéressant de s’interroger sur ce qui motive les étudiants, ce qui les aide à intégrer des connaissances et qu’elles sont les meilleures façons d’y parvenir. En tant qu’enseignante, si je ne m’interroge pas sur les principales motivations de l’élève, son expérience personnelle, sur son profil d’apprenant, et sur ses habiletés sociales, je ne pourrai guider adéquatement l’étudiant dans ses apprentissages. Dans mes pratiques, j’ai constaté que l’enseignement formel a toujours sa place, mais doit être modulé quelque peu. En effet, l’intégration de nouvelles technologies vient stimuler et bonifier les apprentissages des individus qui de façon générale connaissent bien le monde virtuel. J’ai utilisé les jeux kahoot et learning apps qui ont été très appréciés par moi-même et mes élèves. De plus, j’ai pu observer comme spécifié, dans le quatrième E pour explorer, que les étudiants apprenaient davantage lorsqu’ils étaient placés dans un environnement très ressemblant à leur futur métier.Dans ces situations, ils puisaient dans leurs connaissances antérieures afin de réfléchir à des pistes de solutions pour la problématique. Il devient très intéressant comme enseignante d’observer la variation du parcours des personnes, vu leurs différentes expériences, afin d’atteindre les objectifs des compétences.

Répondre
Avatar

CHRISTIANE FALL Il y a 4 mois

Si mon employeur organise une formation au sein de mon entreprise, mon compte CPF devra-il financer tout ou une partie de la formation ?

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 4 mois

    @Christiane Fall Si votre employeur organise cette formation au titre du plan de formation de l’entreprise, votre CPF n’a pas à être mobilisé. D’ailleurs seules les formations certifiantes sont éligibles au CPF, et votre accord express est requis pour utiliser votre compteur cpf.

Avatar

Fabienne Bouchut Il y a 4 mois

Bonjour, pouvez vous nous en dire plus sur votre besoin ?

Répondre
Avatar

BRANLY Il y a 4 mois

j’aimerais valider mes acquis

Répondre
Avatar

Jane Il y a 6 mois

Merci pour cet article. Pouvez-vous mettre à jour le lien pour la boite à outils ?

Les quiz peuvent être faits pendant la formation (le plus facile) et à mon avis c’est encore plus intéressant de faire des rappels avec des quizs après la formation/du micro-learning ou l’ancrage.

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 5 mois

    @Jane Je suis heureuse de vous retrouver sur le blog 🙂 ! Oui, tout à fait d’accord sur l’intérêt des quiz et rappel après la formation. Le lien avec la boîte à outils est restauré. Belles fêtes de fin d’année !

Avatar

Xavier Il y a 6 mois

Les tests de connaissance sont très appréciés par les participants que ce soit au format papier et autocorrigé au sein du groupe ou en version digitale, ce qui crée un challenge motivant !
Pour évaluer les connaissances acquises, j’utilise le même test en démarrage et en fin de formation. Cela me permet d’avoir une photo de la progression du groupe.

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 5 mois

    @Xavier Merci de ta contribution et bonne fin d’année !

Avatar

Laurent PERAT Il y a 6 mois

construire des quiz, des outils de vérification suppose de tester, tester et tester soi même. Il est vrai que le digital ouvre des expérimentations infinies. Pour ma part un début de formation avec Kahoot permet de mettre une « ambiance » et du rythme ! Mais je suis toujours à la recherche d’un outil qui puisse faire une ‘phot » de la progression entre un temps « au début » et un temps « à la fin ». Avez vous des conseils à me donner ?

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 5 mois

    @Laurent PERAT Vous pourriez utiliser Kahoot pour cela, me semble t’il.

Avatar

DF Il y a 6 mois

Bonjour,
Le lien vers la boite à outils des formateurs est introuvable – erreur ‘404
Cordialement

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 5 mois

    @DF Merci de votre signalement, le lien est réparé

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.