Réforme de la formation professionnelle : les podcasts !

Par le 21 avril 2015

CPF, plan de formation, refinancements, entretiens professionnels… La réforme inquiète souvent les responsables formation, les agace parfois,  leur offre des opportunités, aussi.

Après une première phase de décryptage des textes, les responsables formation sont aujourd’hui en quête de solutions pratiques.

Pour aider à la mise en œuvre de réponses concrètes, je propose une série de podcasts. Un nouveau format volontairement court  (3-4 mn), et des interventions conçues à partir de vos questions.

Podcasts Réforme - Cegos

Le premier podcast sera mis en ligne sur ce blog le 28 avril. Il portera sur  « Les obligations des entreprises relatives au CPF ».

Le « mode d’emploi » est le suivant :

1/ Posez toutes vos questions relatives à ce thème en commentaire de ce billet.
2/ Je tenterai d’y répondre dans le podcast, ou bien dans le billet qui accompagnera sa mise en ligne.

A bientôt !

 

Pour recevoir les podcasts en temps réel, abonnez-vous au blog en haut à droite.

 

Retrouvez tous les podcasts sur la Réforme de la formation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

francoise Il y a 3 années

Bonjour comment sont financées les formations qualifiantes pour des salariés en contrats cui-cae d’associations emplois verts ? Merci

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 3 années

    @Françoise Le financement des formations dans le cadre d’un contrat unique d’insertion est pris en charge par l’OPCA. Pour les entreprises et associations, les formations qualifiantes et pré qualifiantes pourront être prises en charge par les OPCA au titre de la professionnalisation.
    L’État peut contribuer au financement des actions de formation professionnelle et de VAE prévues.
    Il n’existe pas juridiquement de spécificité concernant les CUI de type emplois verts.
    Voici la circulaire de référence : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2013/06/cir_37081.pdf

Lamaison Il y a 4 années

merci

Répondre

henry de Brosses Il y a 4 années

Bonjour Mathilde,

Bravo pour ce blog et ce premier podcast limpide.

Henry

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 4 années

    @Henry de Brosses Merci de votre retour et de votre contribution !

NN Il y a 4 années

Un véritable casse tête pour l’association où je travaille en tant que RF auprès de personnes en insertion professionnelle.

Penser un PF pluriannuel face à des parcours de salariés de 8 MOIS en moyenne est un challenge monstre.
la loi ne prévoit plus d’obligation de résultat mais de moyen mais il est difficile de remplir sa mission d’insertion quand le public accompagné et l’association elle-même manquent de financement, d’organisation, de temps et surtout de projection en cette période de transition.

de plus les salariés que nous accompagnons souhaitent pour la plupart accéder à de courtes formation certifiantes, sans pour autant obtenir les prérequis linguistiques (les parcours socles seraient trop longs pour quelqu’un qui n’a plus d’appétences ou le temps d’apprendre)

les articles (RESSOURCES /FONCTIONNEMENT et S+4 stratégies de formation en entreprises) m’ont beaucoup intéressés

MERCI pour la contribution de chacun, anim comme commentateurs!

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @NN Merci de votre retour. Quelques précisions : le plan de formation pluriannuel reste facultatif On comprend que le « parcours socle » puisse être trop long pour des publics en difficultés. Mais le CPF est aussi une invitation à modulariser les parcours, à progresser petit à petit vers la certification. Sans doute une piste pour l’évolution de l’offre de formation.

pagnoux Il y a 4 années

Merci pour votre travail, il me facilite la tache dans mon travail d’indépendante. Je reste très attentive à vos podcast. Bien à Vous

Répondre

Dorvault jean-Baptiste Il y a 4 années

Bonjour,
1)Pourriez-vous préciser la niveaux de financement du CPF, en effet, selon les informations dont je dispose celui-ci est financé à hauteur de 13,50€ / Heure, or, une réunion récente au Conseil Régional Paca, semblait laisser entrevoir un niveau de financement variable selon les OPCA de 13,50 € à 30,50€ … ai-je mal entendu? Qu »en est-il exactement?
2) Comment ce fait-il que les certifications RNCP ne figurent pas de façon automatique dans les listes d’éligibilité CPF?
Merci pour l’initiative de ce blog.

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Dorvault Jean-Baptiste
    Le principe, c’est que l’OPCA prend en charge les coûts pédagogiques afférents au CPF. Mais ses instances dirigeantes peuvent décider de plafonner cette prise en charge. Et votre constat est juste : les montants sont alors très différents d’un OPCA à l’autre. Pour plus de précision, voir ce billet : http://www.formation-professionnelle.fr/2015/02/23/cpf-qui-paye-quoi-et-combien/
    L’inscription au RNCP n’est pas une conditions suffisante pour l’éligibilité au CPF : il faut en plus que les partenaires sociaux sélectionnent la formation, au niveau national, régional ou de branche.

Nathalie Il y a 4 années

Un salarié me demande de lui trouver une formation éligible au CPF. Est-ce à l’employeur de rechercher ces formations ?

Répondre

MORAND Catherine Il y a 4 années

Concrètement, où pouvons-nous trouver la liste des formations eligibles au CPF?
Le moteur de recherche n’est pas accessible pour tous les codes APE et le moteur de recherche sur le site moncompteformation.gouv.fr ne permet pas de trier et d’affiner son choix.
Des publications nous disent que le test TOSA est eligibles ce qui permettrait de rendre éligibles les formations bureautique. Ou est l’information légale?

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @ Catherine Morand Les listes sont téléchargeables sur le site moncompteformation, dans la rubrique « Espaces dédiés », à cette adresse : http://www.moncompteformation.gouv.fr/espaces-dedies/professionnels-de-lemploi-et-de-la-formation-professionnelle/formations-eligibles-les

    J’ai regardé directement sur l’inventaire, et je n’ai pas trouvé le TOSA

    henry de Brosses Il y a 4 années

    Les tests TOSA et PCIE viennent d’être inscrits à l’inventaire: ils sont donc éligibles à la période de proffessionalisation.
    L’inscription à la Lisite Nationale Interprofessionnelle, lorsq’uelle sera faite, rendront les formations comlportant ces tests éligiblesau CPF.

CAMUS Delphine Il y a 4 années

Suite à la réforme de la formation, comment définit-on une action de formation ?
Quelle est la durée minimale d’une action de formation, que prévoit la loi ?
Quelles sont nos obligations aux niveaux des IRP pour faire valider des actions de formation ?

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Delphine CAMUS
    La définition de l’action de formation n’a pratiquement pas évolué avec la nouvelle loi. Le champ d’application (L6313-1 et suivants) et les critères constitutifs de l’action (L6351, L6353-1) sont toujours en vigueur. L’ANI proposait un élargissement de cette définition, qui paraissait intéressante car plus ouverte à l’informe. Mais ces dispositions n’ont pas été reprises par la loi. Le décret n° 2014-235 du 20/08/14 apporte de son côté un assouplissement intéressant des critères relatifs à la formation à distance.
    La loi ne prévoit pas de durée minimale d’une action de formation. Cependant, la pratique de l’administration et des opca amène souvent à considérer une durée minimale de 7 heures. Certains opca admettent des durées plus courtes lorsque l’action est réalisée à distance.
    Les IRP ne « valident  » pas à proprement parler d’actions de formation. Le comité d’entreprise est consulté sur les orientations formations et sur le plan de formation (Art. L 2323-33 et L2323-24 CT).

Pierre Il y a 4 années

Bonjour,
Effectuant actuellement un travail de recherche et d’analyse sur l’impact de la réforme sur le rôle des OPCA, j’ai quelques questions à vous poser :
1 – Comment faire concrètement pour inciter davantage les employeurs à faire suivre à leurs salariés des AF qualifiantes ou certifiantes ?
2 – Du point de vue des OPCA, pensez-vous que la contribution volontaire améliorera le développement de la FP ?
3 – Enfin, comment les OPCA anticipent-ils la diminution prévisionnelle des montants collectés au titre du PF, et est-ce que, selon vous, ce nouveau système de financement sera en mesure de maintenir un niveau minimal de mutualisation au bénéfice des TPE et PME ?

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Pierre
    – sur la contribution volontaire : certains opca mènent actuellement des campagnes très actives dans ce sens auprès des entreprises. Il s’agit de mon point de vue de retrouver des moyens, pas forcément de développer la FP.
    – sur la diminution des ressources des opca : le mieux serait de les interroger directement. Les TPE (moins de 10) ne sont en principe pas affectées par la réforme du financement. Au contraire, le FPSPP dotera les opca d’une contribution proportionnelle aux nombre de TPE parmi leurs adhérents. Pour les PME, la question de la mutualisation de fonds pour le financement du plan de formation se pose en effet. Je ne suis pas sûre que les contributions conventionnelles se généralisent, …
    A propos de votre première question. La réforme oriente le financement de la formation, via la professionnalisation ou le CPF, vers des formations qualifiantes ou certifiantes. Elle aménage également, en principe, la possibilité pour le salarié d’accéder à la certification ou à la qualification en dehors de sa relation avec l’employeur (CPF hors temps de travaiil, CIF).
    Côté employeur, l’incitation est posée via le bilan tous les 6 ans : l’accès même partiel à la certification est l’un des critères observés.
    Mais de mon point de vue, la véritable incitation doit venir de l’adaptation du système de certification aux besoins des entreprises : lisibilité et adaptabilité des référentiels, processus de certification proches des situations de travail.

SULYAN Il y a 4 années

Les formations éligibles au CPF sont plutôt de longue durée : comment financer la totalité des parcours et articuler ces formations avec celles des autres lignes de financement ?

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Sulyan Oui, c’est pourquoi le CPF ne se conçoit que dans un système qui prévoit :
    – la modularisation des formations longues éligibles, avec la notion de certification partielle – bloc de compétences par bloc de compétences. Cette certification pouvant résulter d’une VAE, et non uniquement de la formation.
    – l’abondement, par l’OPCA, l’entreprise, le salarié … permettant de financer les heures qui manqueraient.

Dufour Il y a 4 années

Bouleversements dans l’Univers de la Formation continue, un cataclysme peut en cacher un autre !

Vous croyez sans doute qu’il s’agit essentiellement des problèmes liés à la réforme de la formation professionnelle en France …comme s’efforce de le dire Jean Wemaëre, patron de Demos et de la FFP, ou que l’arrivée des Universités dans cette activité va bouleverser cet univers. Pas sûr. Pour ce deuxième point cela prendra du temps, la culture et les organisations n’y sont pas.
Certes les préoccupations liées à la réforme sont bien présentes et la perte de 15% de l’activité chez certains prestataires est une dure réalité qui ne sera pas compensée sur 2015, et qui perdurera, car les acteurs concernés par la réforme reconnaissent n’être ni prêts ni informés (RH et responsables de formation) cf Etude Fidal Le Figaro du 13 avril..
Les politiques ne sont pas mobilisés car personne ne descendra dans la rue sur ce sujet. Les syndicats de tout bord, ne se mobiliseront pas plus sur le sujet, et encore moins les étudiants.
Les perdants seront les OPCA, mais qui va pleurer des bureaucraties de gestion de réglementation, et les prestataires, surtout les entreprises de formation, et certainement les salariés dont les demandes ne seront pas servies, et l’employabilité affectée.
Les gagnants seront les acteurs de la formation professionnelle du secteur public (AFPA, Universités) qui seront les récipiendaires des sommes collectées par les Régions. Ils seront présents dans les CREFOP contrairement aux acteurs privés qui en sont exclus. Le gouvernement aura réussi le tour de passe-passe pour récupérer des fonds pour financer des acteurs publics dont la performance économique n’est pas toujours exemplaire.
Le plus dur reste à faire. Il s’agit de faire changer de posture les RH et les responsables de formation dans les entreprises, pour qu’ils deviennent enfin au service de leurs clients internes (individus et Business Unit), et qu’ils se qualifient sur le plan de la compréhension stratégique de leur entreprise. On passe, en effet, d’un marché régulé et assisté par le 1% (pratiquement une taxe) à un marché compétitif et concurrentiel. Les responsables de formation ne seront plus des administratifs de la loi sur la formation négociant avec des OPCA, mais des prestataires internes qualifiés au service des besoins réels de l’entreprise. Cela va demander une paire d’années si leur DRH les aide.
Mais sans doute les plus grands changements ne sont pas là.
Les grands opérateurs média comme Bertelsmann, ou de grand réseaux (Linked In) sont en train de faire des investissements massifs ($1,5Mds) dans la formation distancielle ou non, digitalisée ou non.
D’autres acteurs, ceux que l’on appelle les « pure players » comme Skill Soft interviennent déjà.
Le gros de ce que l’on appelle « l’ inter-entreprise », souvent sous la forme traditionnelle de catalogues, va se retrouver sur des portails internet accessibles à tous, sur tous les champs et dans presque toutes les langues communes. C’est ce que l’on appelle la commoditisation. Les nouvelles technologies rendent ces prestations aujourd’hui accessibles sur les portables (M-learning). Les formules d’accès sont dites Freemium, soit gratuites pour les premières sessions, et payantes après notamment si accès à un diplôme ou une certification. La formation devient multicanal, et la granulométrie s’adapte au media utilisé.
Ces commodités accessibles par tous et partout, à un coût abordable, et tout le temps, vont impacter les opérateurs classiques qui vont se trouver en impasse concurrentielle avec des produits/services devenus obsolètes sur de nombreux aspects.
Ils devront repenser leur offre, car à terme, comme le démontre Amazon quotidiennement, ceci change la situation concurrentielle. Les facteurs de succès, maîtrise des contenus, maîtrise de la technologie, maîtrise du marché US (le plus rentable) ne sont pas accessibles à tous, les barrières à l’entrée sont élevées.

Alors que faire ? Il est temps de penser différenciation, niche, nouvelles expertises et services à valeur ajoutée, service de proximité…
Il faut repenser le business model pour les opérateurs nationaux. Cela devient urgent.
Entrepreneurs in academia à vos copies ! Bon courage et buona fortuna !

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Dufour Je partage largement votre constat. C’est un changement de paradigme, à la fois inquiétant et excitant.

SERNICLAY Valérie Il y a 4 années

Quels intérêts pour une entreprise de déployer une politique formation en faveur du CPF quand la majorité du plan est géré par de la formation interne ou par nos réseaux ?

Répondre
    Mathilde

    Mathilde Il y a 4 années

    @Valérie Serniclay Question très intéressante ! J’y reviendrai dans le podcast !

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.