Retour d’expériences sur la réalisation d’un MOOC

Par le 7 juillet 2014

Le MOOC « Du Manager au leader » sur la plateforme FUN, dont le succès fut relayé dans la presse, aura réuni 35 000 participants. Au cours de son intervention à l’Université Ouverte des Compétences, Cécile Dejoux, Maître de Conférence au CNAM,  livrait un retour d’expériences intéressant sur la conception et la mise en place de celui-ci. Une bonne occasion de répondre également à quelques une des questions soulevées par cette modalité pédagogique.

Retour d’expériences sur la réalisation d’un MOOC

Est-ce véritablement une révolution ?

L’intervenante répond par la négative si on se situe du point de vue technologique. Son ancêtre n’est-il pas en effet l’enseignement par la télévision ? C’est en revanche une « évolution mondiale incontestable sur le plan des modes d’apprentissage ». Il s’agit en effet d’une prise d’initiative et d’autonomie de l’apprenant dans l’acte de se former. Une double question se pose dès lors à la fois au formateur et à l’apprenant : « comment apprenons-nous à l’ère d’internet et en quoi les nouveaux outils à disposition pourront-ils nous aider à nous former ? »

Quels sont les caractéristiques de conception d’un MOOC ?

Rupture et fait marquant pour le concepteur : s’adresser à une cible à la fois large et inconnue (étudiants, salariés, indépendants, demandeurs d’emploi, jeunes et moins jeunes…)…et atteindre des objectifs précis de transmission de connaissances (tout du moins dans le cas de xMOOC).

Les clés pour relever ce challenge :

  • donner confiance à l’apprenant,
  • se « faire plaisir » (et faire plaisir à l’apprenant) dans la conception sur le choix des couleurs, du design et des ressources à disposition,
  • développer une « approche marketing » sur le positionnement de son MOOC, ses cibles, son contenu,
  • investir sur les aspects techniques de réalisation des vidéos,
  • Et un enjeu qui reste valable quelle que soit la modalité pédagogique : favoriser l’apprentissage par une mise en projet individuelle.

Quel sont les principaux objectifs des MOOC ?

Cet objectif d’une formation accessible au plus grand monde est cependant indissociable de la notion de « marque employeur ». Se faire connaître en tant qu’institution et « mettre en dynamique » l’apprenant pourraient ainsi résumer les principaux objectifs des MOOC. Attirer vers le présentiel et vers les diplômes les plus motivés correspond également bien à la tendance de fond de « classe inversée ». Le MOOC se doit également d’apporter une structure pour guider l’apprenant autour des verbes du thème traité. Avec dans le même temps, une approche de type « impressionniste » permettant à chacun de trouver, par petites touches, ce qu’il veut et selon le type de ressources qui lui convient.

Comment animer son MOOC ?

Cecile Dejoux souligne également l’importance de l’animation via les réseaux sociaux qui a représenté 50% de l’animation globale du MOOC. Les 50% restant correspondant à l’animation du contenu sur la plateforme.

3 enseignements également intéressants à ce sujet :

  • un intervenant dédié à la régulation des échanges mails, qui, étant donné leur nombre, ne peuvent être directement gérés par l’intervenant principal du MOOC,
  • des communautés virtuelles qui ont également amené des communautés physiques (des apprenants étant amenés à se rencontrer suite ou au cours de leur expérience du MOOC),
  • des apprenants qui, par l’intermédiaire de leurs échanges (via twitter notamment), se font davantage connaître qu’au travers d’un blog.

Quel changement du point de vue des apprenants ?

Finalement le MOOC semble  se situer selon Cécile Dejoux entre un « apprentissage en toute liberté » (internet) et la FOAD. Il peut ainsi être qualifié d’« apprentissage guidé ». C’est aussi un apprentissage fait de « grains courts (de moins de 10 minutes) » et qui peut également se faire en « zappant » de ressources en ressources.

Ce retour d’expériences devrait nourrir les réflexions actuelles autour des MOOC en complément des résultats de la dernière étude CEGOS et du billet de Mathilde sur ce même thème : Qu’est ce qui plait dans les MOOC.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

LE VASLOT Il y a 5 années

Merci pour votre blog

Répondre
Avatar

Do-Khac Il y a 5 années

Bonjour Philippe,
merci pour votre réponse.
Personnellement, j’ai quelques difficultés à bien saisir la différence pratique entre xMOOC et cMOOC.
Pour ma part, je définirai très simplement un MOOC comme la combinaison d’un module eLearning et de l’usage d’un réseau social.
Le réseau social (et son animation) me semble l’apport principal de cette technique de formation.
Et inversement, le MOOC est sans doute le levier pour que les réseaux sociaux d’entreprise réalisent enfin toutes leurs promesses.

Par hasard, auriez-vous suivi le MOOC de rue89 « informer et communiquer sur les réseaux sociaux » ?

Répondre
Avatar

Philippe Il y a 5 années

Bonjour,
J’ai suivi et complété cette formation. Rien à redire sur la qualité des interventions et sur le dynamisme de Mme Dejoux. Pourtant, plusieurs mois après ce parcours, je me pose la question de ce que j’ai retenu. Et la réponse est simple : rien.
Sans remettre en cause l’intérêt d’accessibilité au plus grand nombre qui est un facteur humaniste remarquable, je doute de la capacité de ces xMOOC d’apporter une réelle plus-value dans le transfert des connaissances. Pour obtenir le certificat, il serait intéressant de réussir un nouvel examen quelques mois après la formation. Bien entendu, je suppose que l’effet marketing de massification s’en trouverait réduit, et, par conséquent, les investissements dans les technologies MOOC baisseraient inévitablement (l’humanisme, c’est bien, mais cela ne fait plus vivre les universités)…

Quant aux fameux cMOOC, l’architecture de formation adéquate à concevoir attise un peu plus ma curiosité. Mais les étudiants/apprenants souhaitent-ils finalement cette approche ? Ce n’est pas parce que nous sommes connectés H24 que nous souhaitons forcément apprendre de cette manière. Au final, un cMOOC ne serait-il pas plus dédié à l’innovation participative plutôt qu’à la diffusion de savoirs ?

Excellente journée à tous.

Répondre
    Avatar

    Do Khac Il y a 5 années

    Bonjour Philippe,
    merci pour votre réaction. .
    Je lis que « plusieurs mois après ce parcours, vous vous posez la question de ce que vous avez retenu ».
    Je n’ai pas eu la chance de suivre ce cours mais j’imagine qu’il y avait un ou plusieurs quiz pour contrôler l’acquisition de savoir.
    Pouvez vous, le cas échéant, partager votre score ?

    Avatar

    Philippe Il y a 5 années

    Oui, bien entendu. J’ai validé le cours avec un score final de 72%. Mes résultats aux questionnaires intermédiaires vont de 6/10 à 10/10. Bonne journée.

    Avatar

    Do-Khac Il y a 5 années

    Bonjour Philippe,
    merci d’avoir partagé votre score et bravo pour vos 72%.
    Pouvez-vous nous confier si vous avez contribué aux discussions sur le réseau social associé au MOOC ?

    Avatar

    Philippe Il y a 5 années

    Bonjour,
    Non, je n’ai pas participé aux activités communautaires sur le net. Toutefois, j’ai échangé (en face à face) tout au long de la formation avec des collègues sur les sujets abordés. Il est vrai aussi que j’étais autant intéressé par la forme que par le fond du discours. Depuis, j’ai suivi deux autres MOOC, un en français et un autre en anglais. J’ai terminé et validé les deux. Pourtant, mon sentiment global envers cette « technique » de formation n’a pas évolué (pour la version xMOOC comme indiqué dans mon premier commentaire). La diffusion de ces cours sans une (ré)ingénierie de formation complète dans lesquels ils s’insèrent n’aura à mon avis que peu d’impact positif sur l’apprentissage en général.

Avatar

do khac Il y a 5 années

Si je comprends bien, la valeur pédagogique apportée par le MOOC sur l’e-learnning serait le réseau social intégré au MOOC.
Pour qualifier l’utilité réelle de ce support pédagogique, vous avancez la notion de « vitalité » de l’animation.

Quels pourraient être les indicateurs pour mesurer cette « vitalité » ?

Répondre
    segonds

    segonds Il y a 5 années

    La vitalité des réseaux sociaux (et du « lien social » entre apprenants) a pu s’apprécier au travers des échanges sur le forum (avec votes et discussions), des références faites au MOOC sur facebook, viadeo, Linkedin ou sur l’outil de curation scoop-it, du nombre de tweets générés durant la période de réalisation du MOOC…

    Avatar

    Tru Do-Khac Il y a 5 années

    Bonjour, merci pour ces indicateurs quantitatifs sur la vitalité d’un réseau social.
    – « nombre d’échanges sur le forum (avec votes et discussions),
    – nombre de références faites au MOOC sur facebook, viadeo, Linkedin ou sur l’outil de curation scoop-it,
    – nombre de tweets générés ».

    Si on pensait à des indicateurs qualitatifs, quels seraient-ils ?

    Avatar

    Philippe Il y a 5 années

    Bonsoir,
    Indicateurs qualitatifs ? Comme toute modalité d’apprentissage, c’est le transfert des apprentissages qui est le meilleur indicateur qualitatif à mon sens. Qu’a transféré l’apprenant comme connaissances afin d’être plus efficace dans ces activités professionnelles ?

    Avatar

    Tru Do-Khac Il y a 5 années

    Bonsoir Philippe,
    si l’on adresse le qualitatif, je pense qu’il convient de retourner à la promesse faite par le producteur du cours.

    Voici donc une analyse de cette promesse, que je lis en distinguant l’objet (énoncé dans les trois premières lignes) et les objectifs (désignés comme tels)

    Objet
    Introduire
    O1.1 au management,
    O1.2 à la gestion d’équipe
    O1.3 au leadership.
    aborder
    O2.1 les mécanismes de la prise de décision,
    O2.2 les facteurs et stratégies de motivation,
    O2.3 les domaines d’intervention du manager,
    O2.4 les compétences d’un leader.

    Objectifs
    Apprendre à
    A1 devenir manager,
    A2 optimiser les talents de son équipe,
    A3 évoluer de manager à leader.
    Présenter
    des concepts,
    des théories
    des modèles
    permettant d’aborder :
    P1 les composantes du métier, fonctions, rôles, compétences, opportunités, risques, perspectives ;
    P2 des méthodes pour prendre du recul sur son mode de décision et acquérir de nouvelles approches ;
    P3 les mécanismes de la motivation atour des théories et processus ;
    P4 les outils liés au développement des talents (attraction, développement, rétention)

    Exposer
    E1 principes qui permettent de faire la différence entre management et leadership.

    En tant que participant, pensez-vous
    que les différents thèmes énoncés dans l’objet aient été adressés ?
    que les différents « objectifs », répartis dans – apprendre, présenter, exposer – , aient été effectivement atteints ?

Avatar

Do-Khac Il y a 5 années

« L’intervenante répond [que ce n’est pas une révolution] si on se situe du point de vue technologique. Son ancêtre n’est-il pas en effet l’enseignement par la télévision ?  »

Cette proposition semble nier l’innovation technologique des réseaux sociaux.

Mais, un peu plus loin, on peut lire « l’importance de l’animation via les réseaux sociaux qui a représenté 50% de l’animation globale du MOOC ».

Faut-il en déduire que cette animation a été décevante ?

Répondre
    segonds

    segonds Il y a 5 années

    Merci pour votre commentaire. Je pense que ce retour d expériences souligne à la fois l’importance de la vidéo aujourd’hui (et je pense à titre personnel que la qualité des vidéos réalisées a participé de la réussite de ce MOOC) et des réseaux sociaux (dont la « vitalité » a été soulignée par l’intervenante)

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.