Pédagogie : trajectoires et enjeux à venir

Par le 10 février 2014

Les trajectoires pour les années à venir dans le domaine de la pédagogie semblent aujourd’hui tracées. Elles recueillent une certaine unanimité chez les professionnels de la formation. Pour ce démarrage d’année, je vous propose de regarder 3 des enjeux de ces tendances.

Favoriser l’individualisation sans oublier le collectif

Le compte personnel de formation, mesure phare du projet de loi sur la formation professionnelle, a été voté par l’Assemblée nationale la semaine dernière.

Le CPF vise à permettre à chacun d’ « évoluer professionnellement et de sécuriser son parcours professionnel ». Une réponse à l’allongement et au caractère de plus en plus incertain de celui-ci.

Il réaffirme ainsi la responsabilité des individus au sens large (salariés, apprentis, titulaires d’un contrat de professionnalisation et demandeurs d’emploi) sur une période très large (à partir de 16 ans et jusqu’à la retraite) sur leurs parcours professionnels.

Cette responsabilisation va jusqu’à donner, à la différence du DIF, la possibilité aux individus d’utiliser leur CPF sans l’accord de l’entreprise.

Comment ce nouvel outil sera-t-il véritablement pris en charge par les individus eux-mêmes ? Comment l’entreprise pourra-t-elle inscrire dans une vision collective ces initiatives personnelles d’évolutions professionnelles ?

Digitaliser la formation sans céder aux effets de mode

Nous constatons tous à quel point les usages individuels des nouvelles technologies ont aujourd’hui largement dépassé les modalités  offertes  par la formation dans le monde de l’entreprise.

Les initiatives visant à mixer les formats pédagogiques mais également à intégrer dans le présentiel les usages digitaux se multiplient ; l’utilisation de mobiles ou tablettes par les apprenants pour les rendre actifs en formation constitue ainsi une illustration intéressante de cette tendance de fond.

Quel est le meilleur ratio bénéfices pédagogiques et investissement financier des nouvelles modalités pédagogiques offertes par le numérique ?

Cette question devra plus que jamais guider la réflexion des responsables formation… sans négliger pour autant les nécessaires expérimentations.

Développer l’accès savoir sans oublier le rôle clé des formateurs

Le savoir à présent accessible n’importe où, n’importe quand, sur n’importe quel support a fait naître naturellement l’illusion d’un apprentissage sans effort disponible instantanément au plus grand nombre. L’accessibilité du savoir constitue une condition nécessaire mais certainement pas suffisante  au développement des compétences.

L’intérêt grandissant pour l’ « apprendre à apprendre » illustre la nécessaire réflexion sur les nouveaux modes d’appropriation induit  par une plus grande accessibilité au savoir.

Les formations à distance quelles que soient leurs modalités (MOOC, E Learning, Serious Game…) ou les supports utilisés (PC, tablettes, mobiles…) nécessitent d’être accompagnées, animées ; même si cet accompagnement prend d’ores et déjà lui aussi des formes nouvelles (visio conférences, classe virtuelle, forum…).

Comment accompagner à la fois les apprenants et les formateurs dans ce nouveau paradigme du savoir ?

3 tendances et enjeux qui peuvent fixer le cap des prochaines années qui s’annoncent riches en évolutions pour le monde de la formation professionnelle.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Lise Wery-Lambert Il y a 7 années

Bonjour,
Merci !
En parlant de MOOC, je suis tombée sur ceci http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4caed016f325e179f0000001/52f87d1e06361d42a8a59cfe/ac30c040a217462b8b59e8c7f08cc8fa?wmode=transparent
ou comment expliquer les MOOC à son patron en 1 min.

Répondre
    Mathilde Bourdat

    Mathilde Bourdat Il y a 7 années

    Merci Lise, et bravo pour ta veille très active !
    Bien amicalement
    Mathilde

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.