Pour une rentrée plus digitale…

Par le 16 septembre 2013

Le 3 septembre 12 millions d’élèves ont repris le chemin de l’Ecole. Des collégiens notamment, portant sur le dos pour certains plus de 10 kilos d’ouvrages et matériel scolaires. Étonnant contraste avec les quelques 112 gr du dernier smartphone de cette rentrée…

Le projet « Manuels numériques via l’ENT » lancé depuis 2009 pourrait éviter la scoliose en plus du découragement à nos chères têtes blondes. Les résultats de cette expérimentation publiés sur le site de l’Education Nationale (1) questionnent naturellement les acteurs de la formation en entreprise sur la place accordée aux supports pédagogiques numériques et à leur intégration dans les dispositifs de formation.

Les enseignements de cette expérimentation

Menée pour la deuxième année, l’évaluation de cette expérimentation est intéressante. L’introduction de manuel numérique améliore logiquement la question du poids du cartable. Mais surtout elle incite les enseignants à l’intégration « des fonctionnalités et ressources certes souvent limitées mais assez simples » du numérique dans leur pédagogie.

Ces situations pédagogiques nouvelles sont de 3 types :

  • Utilisation collective en classe : l’enseignant peut utiliser le manuel numérique dans sa version numérique ou locale pour donner un exercice à réaliser en hors de la classe, pour le corriger ensuite…, le manuel peut être projeté par vidéo projection ou par TBI (Tableau Blanc interactif) en faire ainsi interagir les élèves au fur et à mesure.
  • Utilisation individuelle par les élèves en classe : les élèves peuvent également travailler directement en salle à partir de son manuel numérique accessible via l’ENT (Environnement Numérique de Travail) avec des ordinateurs fixes ou des classes mobiles, en classe ou en salle multimédia
  • Utilisation individuelle en dehors de la classe : les élèves peuvent également travailler à partir de leur manuel numérique accessible via l’ENT avec des ordinateurs disponibles au collège (CDI..) ou depuis leur domicile.

La fin des supports pédagogiques papier ?

Si certaines entreprises et participants restent attachés à une version papier de leur traditionnel « manuel participant », un nombre croissant d’entreprise intègre à leur stratégie d’apprentissage une version numérique de ceux-ci (en ligne sur leur intranet, en format PDF envoyés en amont ou en aval de la formation et demain très probablement dans leur version tablette ou smartphone pour une consultation en tout temps et tout lieu).

Une tendance de fond en lien avec le nomadisme croissant des apprenants couplé(e) à des préoccupations d’ordre écologiques et économiques. Dans une récente interview Michel Serres décrit très clairement les transformations liées au numérique en précisant qu’il s’agit là de transformations « cumulatives » et non « de coupures ». « Ce n’est pas parce qu’on a écrit qu’on a arrêté de parler, ce n’est pas parce qu’on a imprimé qu’on a arrêté d’écrire, ce n’est pas parce qu’on a Internet qu’on a arrêté d’imprimer. On a même chez soi une imprimante » dit-il dans un récent entretien croisé avec le ministre de l’Education.

Les guides participants trouvent ainsi progressivement en entreprise aujourd’hui de nombreuses déclinaisons numériques liés aux usages variés de l’internet ou aux possibilités offerts par le numérique. Quant à la version papier de ceux-ci elle sera très probablement de plus en plus « à la main » d’apprenants toujours plus autonomes dans la construction de leur parcours.

rentree_digitale

De nouveaux usages du numérique en présentiel

Si le numérique fait évoluer les supports pédagogiques remis aux participants en le rendant plus facilement consultables, il peut également trouver une place particulière en salle de classe… tout comme en salle de formation. L’arrivée du numérique dans les temps présentiels s’observe d’ores et déjà avec la possibilité pour le formateurs de reprendre certains auto diagnostics en amont en e-learning, de reprendre des points de synthèse via ce même média ou encore en consacrant certains temps en salle à la réalisation de sérious game. La vidéo également média de prédilection des apprenants trouve de plus en plus sa place dans les temps présentiel.

Bien évidemment ces utilisations marquent un certain paradoxe : pourquoi faire réaliser en salle des e-learning ou serious game dont le bénéfice majeur est de pouvoir être réalisé à distance et à son propre rythme… Elles soulignent cependant d’une part l’importance d’intégrer des supports et modalités variées d’apprentissage et d’autre part l’enjeu pour les formateurs d’intégration de nouveaux médias dans leur nouveau rôle de « facilitateur ».

Plus globalement, transposé au contexte de l’entreprise, la problématique d’intégration du numérique en formation continue posent ainsi trois questions aux directions formations :

  • Quelle place est accordée au numérique dans votre stratégie pédagogique de formation ?
  • Quels usages du numérique dans les différents temps et espaces pédagogiques allez-vous proposer ?
  • Quel accompagnement de vos formateurs pour une utilisation pédagogique nouvelle des potentialités du numérique ?

(1) http://eduscol.education.fr/cid58598/evaluation-seconde-annee-experimentation.html

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Jeremy Il y a 7 années

Bonjour , la culture se met au numérique aussi ! Nous lançons une formation sur le marketing digital appliqué au champ culturel, retrouvez nous sur http://www.culture-ic.com !

Répondre
Avatar

Aurore Munoz Il y a 7 années

Bonjour,
Je suis toujours à la recherche d’une formation pour savoir comment utiliser les outils de mobilité (i pad et autres) en formation : supports pédagogiques, exercices, pédagogie, mises en applications … Est ce que cela existe ? si non est-ce possible d’en monter une en intra ? Merci pour votre réponse.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.