Apprendre à apprendre – Se préparer pour une formation diplômante

    Par le 27 mars 2017

    Vous avez bataillé pour faire accepter votre dossier, mais ça y est : vous allez bientôt partir en formation ! S’il s’agit d’une formation diplômante, vous allez devoir intégrer beaucoup de contenus. Les comprendre, les mettre en lien, les réinvestir dans les productions qui vous seront demandées : épreuves professionnelles, rapport, mémoire…

    Alors, réjouissez vous de concrétiser votre projet, mais préparez vous dès à présent.

    Se préparer pour une formation diplômante

    Qu’ils aient un diplôme d’origine d’un niveau élevé ou pas, un certain nombre d’étudiants adultes  sont confrontés à des difficultés qui leur prennent beaucoup d’énergie.

    Une préparation, avant d’entrer en formation diplômante, aurait pu les aider. D’où  l’idée de ce billet, qui propose de mettre des ressources en face de chacune des grands types de difficultés que j’ai pu identifier. Avant de décider quelles propositions vous seront utiles, n’oubliez pas de vous questionner sur votre stratégie d’apprentissage.

    1. Puiser dans de multiples ressources… sans se noyer dans trop d’informations

    J’ai déjà vu des étudiants adultes se perdre dans d’interminables lectures. Emprunter 5 livres à la bibliothèque et se mettre à les lire consciencieusement,  page après page…
    Lire pour trouver des informations n’est pas lire pour le plaisir. Chaque livre, article, doit être abordé avec un objectif : qu’y cherchez-vous ? Les techniques de lectures rapide peuvent vous aider :

    Pour trouver les informations pertinentes, sur internet ou ailleurs :

    • Une fiche méthode destinée aux collégiens, qui peut aussi être utile aux adultes,
    • Une ressource plus complète, destinée aux personnes en études supérieures, qui vous donne aussi des clés pour bien utiliser les « pépites » que vous aurez trouvées.

    2. Organiser les informations

    Il y a les cours, les documents des intervenants et les notes que vous prenez, les livres, les articles à lire, les innombrables ressources trouvées sur internet… De quoi se trouver débordé(e) !
    Il vous faut rapidement retrouver l’information dont vous avez besoin.

    Un site de curation, comme pearltree, peut vous aider à classer vos ressources et à les retrouver quand vous en avez besoin.
    Vous pouvez y stocker tout ficher, y compris le scan de vos notes manuscrites, des liens internet, la photographie de ce paperboard résultant des travaux de votre sous-groupe… La fonction édition vous permet d’ajouter des mots clés. Vous nommez vos collections comme vous voulez pour bien retrouver vos documents après.

    Vous pouvez aussi utiliser une carte mentale, pour structurer l’information.
    Lorsque je suis un MOOC, comme par exemple le passionnant Learning how to learn, je note ainsi sur une carte, en même temps que je visionne les vidéos, les idées principales. J’illustre avec quelques copies d’écran, qui m’aident vraiment à reconstituer le contenu.
    Cela donne ceci.

    3. Faire des liens entre les informations

    Plusieurs intervenants abordent des domaines connexes. Au fil d’une lecture, une idée vous vient : « Cela me fait penser à… ». Ces rapprochements entre les notions, les idées, sont essentiels à votre apprentissage.
    Il s’agit de connecter ensemble des informations qui paraissent au premier abord disparates, pour faire sens.
    C’est ce qui vous permet d’accéder à une compréhension en profondeur, et à une synthèse personnelle d’apports multiples.

    Là encore, la carte mentale peut vous aider… surtout si votre stratégie d’apprentissage est visuelle et globale !
    Autour d’un thème central, elle permet de constituer l’arborescence des notions, mettre en lien des ressources, ou bien noter la référence d’une ressource papier. Ou encore de matérialiser un lien entre des idées différentes, annoter un commentaire…

    Si vous êtes plutôt séquentiel et verbal, et que vous n’aimez pas la carte mentale, vous pouvez pour chaque cours, ou lecture :

    • reformuler en quelques mots l’idée principale à retenir,
    • noter dans la marge les autres ressources dont vous disposez en lien avec cette idée.

    4. Comprendre

    « Com-prendre », c’est prendre avec soi. Métaboliser un contenu extérieur à soi pour le faire sien.
    Ces connaissances nouvelles que vous retirerez de la formation, elles seront différentes de celles de votre voisin(e) – car passées au filtre de vos propres représentations, expériences, environnement.
    Pour bien digérer un aliment, vous le mâchez soigneusement. Et bien pour des connaissances, c’est pareil. « Mâcher » une connaissance c’est se la « mettre en bouche », la remettre dans ses propres mots ou ses propres images. Sous forme de synthèse écrite. Ou bien à l’oral, en l’expliquant à quelqu’un. Ou encore en en faisant un schéma. Ce n’est pas en lisant et relisant, ni en recopiant les mots d’un autre que vous accéderez à la compréhension. C’est en remettant sa pensée dans vos propres mots, tout en vérifiant – auprès de l’intervenant, d’un tuteur, ou de vos collègues de formation – que votre reformulation est juste.

    Reste encore à  synthétiser, rédiger, préparer une soutenance… A suivre !

     

    Pour aller plus loin :

    Consultez les formations diplômantes proposées par les Grandes écoles en partenariat avec Cegos.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Laurent Reich Il y a 2 semaines

    Merci Nathilde de traiter ce sujet clé pour nos apprenants, c’est pour moi LA compétence critique à développer en priorité car c’est celle qui va permettre d’être agile dans un monde qui change à la vitesse de la lumière. Avec plusieurs entreprises nous avons publié une vidéo de 7 Minutes comme un programme d’entraînement pour redonner confiance à chacun sur sa capacité à apprendre.

    Version anglaise : https://youtu.be/LW9cxdWfYCQ
    Version française : https://youtu.be/E0IiTa0mFmw

    Répondre
      Mathilde Bourdat

      Mathilde Bourdat Il y a 1 semaine

      @Laurent Reich Merci de ton retour ! J’ai vu la vidéo et l’ai partagée sur les réseaux sociaux, j’aime beaucoup !

    MAGNALDI-REPPERT Nella Il y a 2 semaines

    Bonjour,
    pourriez vous me faire connaître s’il existe des livres ou supports ,sur les cours ,
    merci salutations distinguées
    Mme Nella MAGNALDI -REPPERT

    Répondre
      Mathilde Bourdat

      Mathilde Bourdat Il y a 1 semaine

      @Magnaldi-Reppert Je ne comprends pas votre question ?

    Rachel Il y a 3 semaines

    Merci pour ce billet Mathilde. Conseils avisés pour Tous étudiants de tout âge. Se fixer des petits objectifs d’étude chaque semaine. Et j’ajouterais ne pas se décourager face à la quantité de tâches quand on se retrouve dans des formations initiales au même titre que les étudiants à plein temps, tout en travaillant à côté.

    Répondre
      Mathilde Bourdat

      Mathilde Bourdat Il y a 1 semaine

      @Rachel Oui, d’accord avec les objectifs réalistes et réguliers ! Et l’entraide entre étudiants est capitale !

    Carole Il y a 3 semaines

    Merci Mathilde pour cet article.
    Que de souvenirs et de chemin parcouru !!

    Répondre
      Mathilde Bourdat

      Mathilde Bourdat Il y a 1 semaine

      Merci Carole ! Oui, ce sont tous ces moments intenses vécus avec les promotions successives qui nourrissent ces billets 🙂 !

    Amath khodia Il y a 3 semaines

    Très intéressant, ce post! Beaucoup d’adultes en formation font trop confiance à leur mémoire.Ils surestiment à la limite leurs capacités intellectuelles. Ils ne prennent même pas le soin de prendre notes.Il suffit pour eux de disposer du document-ressource du formateur et le tour est joué. C’est évidemment une grande erreur.

    Répondre

    sotty marie-jeanne Il y a 3 semaines

    Merci Mathilde pour cet article. Suivant moi-même en ce moment le très intéressant DU Cofordi (Conception de la Formation Digitale) de Rennes 1, je me retrouve dans ton analyse !

    Répondre