Quelles nouvelles aptitudes pour le formateur à l’ère du digital ?

Par le 1 juin 2015

Nous allons nous concentrer dans ce billet sur l’incidence du digital en termes d’usage et de pratiques du formateur. Toutefois, un chantier reste ouvert auprès de tous les acteurs de la fonction formation (responsables, chef de projet formation, formateurs, etc.) pour leur permettre de mieux maîtriser les technologies et de développer une « culture digitale ».

man pressing a touchscreen button

Transformation digitale, oui mais par quoi commencer ?

« Qu’est-ce qu’un wiki, un outil de curation, un MOOC, un webinar ? » : mes missions récentes en entreprise me font dire qu’il y a encore une sensibilisation à faire sur la « culture générale numérique » car de nombreux acteurs de la fonction sèchent encore face à ces questions.

Ainsi la stratégie de déploiement de la transformation digitale de la fonction doit d’abord, à mon sens, obligatoirement passer par la case « acculturation digitale » et « B.A.BA technologique ». Faute de quoi, il sera difficile de bouleverser les usages, pratiques et postures : il est par exemple plus commode de savoir ce qu’est un wiki (et à quoi ça sert) pour oser l’utiliser comme modalité pédagogique collaborative dans le cadre d’un dispositif mixte !

Quelle prise de conscience des enjeux ?

Le digital est partout dans nos activités personnelles et débarque – avec du retard – dans la sphère professionnelle. La prise de conscience de ce retard, c’est ce qui génère aujourd’hui la « digital mania » dans les entreprises y compris pour la fonction formation vecteur de cette transformation en interne.

Parmi les « effets de bord » du digital, la puissance et la rapidité des flux d’information, le développement des réseaux sociaux, l’interactivité grandissante entre collaborateurs, le nomadisme et la mobilité  nous imposent de développer de nouvelles formes de dispositifs apprenants qui devront :

  • être plus rapides et réactifs (« time to competencies »)
  • impliquer une meilleure connaissance des besoins des participants en situation de travail
  • se concentrer sur les hommes et leurs usages, moins sur les processus et les outils
  • être plus interactifs et instantanés (satisfaction immédiate)
  • être accessibles à tout moment et en tout lieu (mobiles et multicanaux)
  • favoriser l’apprentissage par l’expérience de chacun par notamment la mise en réseau et l’animation de communautés.

Le rôle du formateur est donc bouleversé, c’est désormais un leader charismatique, comme évoqué par Billy Knock dans son billet : ce n’est plus celui qui sait mais celui qui doit enthousiasmer ses apprenants, influer, inspirer et favoriser les échanges.

Cette prise de conscience masque néanmoins le manque de compréhension des enjeux notamment dans leur transposition « opérationnelle », avec en bout de piste, des changements de fonds attendus et pas seulement des initiatives « en surface ». Nous sommes dans une phase de transition qui prend un peu de temps et c’est bien normal : un changement de technologie prend en moyenne 1 à 6 mois tandis qu’un changement culturel (et c’est le cas ici) prend entre 3 et 5 ans !

Quelles nouvelles aptitudes pour le formateur ?

Comme évoqué plus haut, le formateur se doit d’abord d’être exemplaire au niveau des nouvelles compétences transverses attendues pour tous au sein de l’entreprise : celles du « Digital Worker » !

  • Communication et réseau : capacité à utiliser de façon pertinente les réseaux sociaux dans un but professionnel (RSE mais pas seulement, twitter pour ma veille, LinkedIn pour mon réseau, etc.)
  • Collaboration et innovation collective : capacité à travailler en mode collaboratif à travers des plateformes numériques et à adopter une posture adaptée au regard de la production collective
  • Apprentissage dans un monde digital : combattre l’infobésité et l’obsolescence programmée de ce que l’on sait, c’est développer une capacité à apprendre en continu en s’appuyant sur des ressources numériques et le web (outils de curation par exemple)
  • Culture de l’agilité et du changement permanent : capacité à s’épanouir et à être acteur dans un environnement incertain, en perpétuel mutation.

Un formateur à l’ère du digital doit ainsi jouer son rôle de facilitateur dans l’acquisition, la valorisation de ces compétences. Et cela doit se voir dans sa posture :

  • Plus « business partner » : il doit faire preuve d’une capacité d’accompagnement situationnel, et d’adaptation à chaque apprenant (avec en point de mire les objectifs opérationnels).
  • Plus humble : dans certains cas, les apprenants seront mieux informés que lui. Il doit être capable de se remettre en question, et accueillir ce qui peut venir du groupe.
  • Plus « digital-friendly » : le formateur doit savoir utiliser les outils et leurs potentialités pour moderniser certaines de ses pratiques et réussir l’hybridation digital/présentiel.
  • Plus disponible : l’apprentissage ne commence pas et ne se termine pas à l’entrée ou la sortie de la salle de formation. Il doit désormais animer une communauté, un réseau en continu.
  • Plus ouvert : il devient aussi curateur / veilleur. Il doit réaliser et organiser une veille pointue pour capter et diffuser en temps réel les tendances émergentes pour les partager avec les apprenants (blogs, scoop it…).
  • Plus marketing : il doit s’efforcer de rendre ses projets de formation attractifs, porteurs de sens pour mobiliser et donner envie à la cible apprenante. Il doit aussi développer sa marque personnelle. Etre compétent mais aussi un bon communicant, « visible ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De guernon Il y a 6 mois

Merci pr votre billet j’ai bcp de mal à trouver une bonne information sur le métier de formateurs en particulier formateurs par téléphone peut être pourriezr m’aider? D’avance merci

Répondre

Xavier Zantman Il y a 12 mois

Merci Gregory pour cet article qui apporte des idées intéressantes sur les nouveaux rôles des formateurs à l’ère du Digital. A mon avis, au moins 3 challenges à relever : maitriser les nouvelles approches, les transformer en démarche pédagogique, et pour les mettre en oeuvre, prendre en compte les fortes disparités d’acculturation au Digital dans les entreprises lors des prochaines années.

Répondre

Emmanuel Il y a 12 mois

Excellent article Greg, félicitations pour ce billet bien compos.
je crois que tu es optimiste sur les changements culturels. :) pour certains il faudra au moins 10 ans. Et je ne suis pas sûr que, parce que le temps technologique s’accélère, il faille céder à l’illusion de la frénésie temporelle. Si les nouvelles technologies sont une révolution, elles n’ont pas encore la faculté de remplacer les facultés cognitives. Les processus de maturation, d’assimilation prennent du temps. Le formateur 2.0 doit donc, à mon sens, être aussi un gardien du temps, un ange gardien permettant de se poser quelque temps pour que chaque apprenant ait le temps de se construire. En ce sens, tu as raison de dire que le formateur doit envisager les accompagnements à long terme et au cas par cas.

Répondre
    Grégory Gallic

    Gregory GALLIC Il y a 12 mois

    Merci !
    Concernant les délais de changements culturels, il s’agit d’une moyenne :-). Ces chiffres sont issus d’une étude Accenture.
    Concernant « la frénésie temporelle » je suis assez en phase avec toi…La vraie question est quelles aptitudes je dois développer pour ne pas subir cette frénésie en conscience de mes facultés cognitives ? Selon moi, le formateur, tout comme le manager, doit aider à sélectionner les infos pertinentes (combattre l’infobésité), à apprendre à apprendre en continu (combattre l’obsolescence programmée de ce que l’on sait), et à s’épanouir dans un environnement instable (agilité, prise de risque).

Maud Il y a 12 mois

Félicitations pour ton article Greg !
Il est clair et précis.
Merci.

Répondre

Leray Marie Sophie Il y a 12 mois

Bonjour, je partage tout à fait cette analyse et bravo pour la pertinence de cet article. Comment CEGOS nous aide, nous propose une formation pour développer ces compétences nouvelles en formation qui nous permettront d’être plus compétitifs (compte tenu du chamboulement qu’occasionne la réforme de la formation). Je pense que j’en aurai grandement besoin !

Répondre
    Grégory Gallic

    Grégory GALLIC Il y a 12 mois

    @Marie Sophie : merci pour ce feedback.
    Cegos peut vous accompagner de 2 manières :
    – soit via son offre inter entreprise, je pense notamment à ce titre : http://www.cegos.fr/formation-formateur-integrez-digital-dans-votre-pedagogie/p-20158144-2015.htm mais il y en d’autres qui peuvent potentiellement vous intéresser dans la gamme « réussir la transformation digitale »
    – soit via une intervention sur-mesure au sein de votre entreprise / institution / organisme, pour vous et vos pairs.

Fanny Damon Il y a 12 mois

Bravo, bel article!

Répondre
    Grégory Gallic

    Grégory GALLIC Il y a 12 mois

    @Fanny : merci pour ces encouragements !