Numérique et nouveaux paradigmes du savoir

Par Eric Segonds le 28 janvier 2013

L’essor du numérique dans notre vie quotidienne effraie ou enthousiasme. Il en est ainsi de toute révolution avec le nécessaire débat entre promoteurs et esprits critiques au sens noble du terme. L’arrivée des écrans constitue quoiqu’il en soit une donnée incontournable avec laquelle parents et éducateurs ont d’ores et déjà à composer au quotidien.

Trop d’écrans dans notre vie quotidienne

L’appel à la vigilance de 50 psychologues dans Psychologies Magazine (1) a ainsi retenu mon attention cette semaine puisqu’il souligne le risque du trop d’écrans dans nos vies. Cette inquiétude générale se traduit par un sondage précisant que « 70% des Français pensent que la place prise par les écrans dans la vie quotidienne nuit à la qualité des relations », « 59% se sentant dépendants de leurs outils numériques » (ordinateurs, Smartphone, tablettes).

Cet appel à la vigilance se traduit au travail par l’isolement et le stress, chez les enfants par l’appauvrissement de la mémoire, dans le domaine de la santé avec l’arrivée de nouvelles dépendances tels que l’infolisme ou le « besoin compulsif de consommer l’information » et dans les relations par le manque de vraie présence. Preuve qu’une intégration harmonieuse des écrans est encore à inventer et que la prise de recul s’avère indispensable pour décoder et mieux intégrer le phénomène.

Oublier pour ré-apprendre

Raffaele Simone dans son dernier ouvrage Pris dans la toile (2) souligne, avec une perspective de linguiste,  les changements majeurs auxquels nous confronte la primauté du web notamment au niveau sensoriel, dans les rapports entre le texte et son auteur et dans la manière d’apprendre.

Arrêtons-nous sur quelques-uns des éclairages donnés par l’auteur sur les thèmes « Apprendre, se rappeler et oublier ».

Une multiplication des sources et des lieux d’apprentissage

« Intérieur / Extérieur » : le nouveau paradigme de la connaissance est marqué par une multiplication des sources et des lieux d’apprentissage. Le plus important semble être l’accès à une source disponible sans préoccupation  de sa qualité et de son filtrage par une autorité. L’illustration la plus connue de ce changement est Wikipédia ou le phénomène de l’auto-édition (le self-publishing en anglais) qui élimine le contrôle de l’éditeur. Mais le plus frappant est certainement que la connaissance dans ce nouveau schéma se retrouve en dehors des cadres conventionnels, ce que l’auteur  nomme « exopédia » versus « endopédia » (famille, groupe de pairs, école).

Une transmission de connaissance bouleversée

« Avant / Maintenant » : comment parler de connaissance sans parler de mémoire et de transmission ? Et Raffaele Simone de citer Newton et l’image des « nains sur les épaules de géants ». « Si j’ai vu loin c’est parce que j’étais sur les épaules de géants », écrivit Newton en reprenant une tradition médiévale de transfert du savoir par les anciens. Ce modèle est  mis à mal par un rapport inversé entre les générations : « pour les nains, monter sur les épaules de géants ne suffit plus, tout simplement car les épaules des géants (c’est-à-dire les connaissances des générations précédentes) ont perdu en grande partie de leur solidité […]« . Cette faille entre générations est aujourd’hui comblée par des « mémoires déléguées » à un support externe avec un risque d’ « amnésie numérique ». Nouvelle rupture dans la relation au temps, entre l’avant de nos illustres ancêtres et le présent porté par les générations nouvelles.

Une acquisition contemporaine du savoir trop rapide ?

« Rapide / Lent » : un autre paradigme fortement modifié par l’arrivée du web concerne le rythme d’acquisition du savoir. L’auteur oppose en effet le précédent processus fait de « lenteur, répétition, et même peine et ennui » au modèle dominant fait de « rapidité et de fun ». Signe de temps, ces notions même d’effort et de durée nécessaire se trouvent radicalement bannis de tout dispositif pédagogique. C’est cette accélération qui, avant que soit effectives les mutations du cerveau humain,  occasionne stress et mal être si elle n’est pas maîtrisée.

Un équilibre du savoir chamboulé

Ces changements de paradigmes touchent ainsi en profondeur les modèles d’acquisition de connaissances, de relations aux autres et au savoir. Ils imposent, en ayant conscience des bouleversements en cours,  de repenser l’ équilibre des modalités d’apprentissage en respectant rythme, diversité et prise en compte de savoirs « de référence ». Un nouveau plaidoyer pour le blended en quelque sorte…

(1) Psychologies Magazine – Février 2013
(2) Raffaele Simone « Pris dans la toile » Edition Gallimard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nilix Il y a 2 années (15h15)

Bonjour, Voici le blog des apprentis webmarketeurs de la formation continue DU Web Marketing de l'IAE de Toulouse : http://www.toulousemarketeurs.com/

Répondre

Caroline Offrey Il y a 2 années (15h48)

Bonjour Eric, Ton article m'a beaucoup intéressé. Je travaille régulièrement chez des clients autour de l'intergénérationnel, par exemple, très prochainement je vais intervenir dans une école de musique auprès d'enseignants. Ils s'interrogent, entre autres choses, sur les modalités d'apprentissage des jeunes qui les déconcertent complètement! As-tu le livre Raffaelle Simone? Pourrais-tu
me le prêter? Et oui, je ne suis pas une vraie Y, j'ai encore besoin de consulter l'ouvrage pour me sentir légitime d'en parler lol! Bien cordialement, Caroline Offrey Lire la suite

Répondre